Cet article relate une expérience personnelle, il ne doit en aucun cas être pris comme exemple, sans un avis et un suivi médical, chaque cas étant différent.

Mai 2016 annonce d’une tumeur sur la tête du pancréas, opérable. Je refuse l’opération qui me semble trop lourde. Biopsie négative

2 jours plus tard une galeriste où nous exposons nous parle d’une peintre qui s’est soignée d’un cancer du pancréas.
Son histoire, lors d’une fête elle raconte que son chien se couche chaque jour sur son ventre et pleure, un médecin présent lui demande de passer le voir à l’hôpital, diagnostic , cancer du pancréas, trop avancé pour que la chimio soit efficace et lui parle du MMS de Jim Humble (chlorite de sodium (ClO²Na) à 28% activé par acide citrique à 50%.)  lui demandant de n’en parler à personne.

À ce jour elle veut respecter sa parole de ne pas citer ce médecin, une immense chance qu’elle accepte de me parler.
elle fera seule le traitement sans en parler même à sa famille , le médecin contrôlera le traitement via analyses de sang elle prendra 15 gouttes de chlorite/heure pendant 8 H et pendant 9 mois. Parfois elle est si malade qu’elle peut à peine s’alimenter.

9 mois de traitement MMS, le cancer a totalement disparu, cela fait maintenant 3 ans 1/2. Elle ne veut malheureusement pas revenir sur cette période qui lui est douloureuse et ne veut témoigner

Juin 2016 Je commence le traitement MMS, 3 gouttes/heures, je suis très malade, cholédoque bouché par nodule, pose d’un stent, je suis très jaune et ne digère rien. peux à peine me lever.  Le stent est à nouveau bouché et pose d’un stent plus gros. Biopsie à nouveau négative

En aout 2016 le scanner révèle absence de nodule, trop content j’interromps le MMS mais finalement il sera révélé que le nodule a migré dans le stent. A nouveau changement de stent. Biopsie négative (j’aurai au total 12 biopsies négatives)

Je reprends le MMS en octobre 2016, toujours très malade, ictère prononcé.
Je souffre de très forts tremblements incontrôlables , de fièvre et d’immense fatigue.
Je dois faire très attention à ce que je mange, c’est à dire rien qui occasionne une production de bile.

En décembre , consultation avec Pr Chiche à Bordeaux, à la lecture du scanner le nodule s’est étendu à l’artère mésentérique, ce n’est plus opérable
Une opération de dérivation des voies biliaire est décidée.

Opération 15 décembre

À la suite de l’opération la biopsie du nodule révèle un adénocarcinome confirmé.  Il m’est sommé de faire une chimiothérapie palliative, de confort, folforinox ou gemsar,  chimio que je refuse

Pendant mon séjour à l’hôpital de Bordeaux, ma femme trouve la vidéo de Benoît Rosain, et apprend l’existence du traitement du Dr Schwartz . Je parle à Benoît au tél, ainsi qu’à Laurent Schwartz qui sera toujours présent à partir de ce jour.

JANVIER:

 Début du traitement de Laurent  Schwartz :   Acide Lipoïque et [tipso tip=”Acide Hydroxycitrique (Garcinia Cambogia)”]HCA[/tipso]
+
Amandes amères abricots: 8 matin et soir, réduites en poudre et diluées avec lait de riz (une cuillère à café = 8 amandes)
+
Cataplasme d’argile sur pancréas 24h/24 (suite à l’opération la cicatrisation est très douloureuse,l’argile rendra la cicatrisation presque indolore) Je continue les cataplasmes jusqu’à début mars
+
Un verre d’eau argileuse chaque matin, pendant 3 mois
+
MMS progessivement, 1 goutte le premier jour, 2 gouttes le second, 3 etc.

Finalement 3 gouttes / heures sur 8 h

Je marche 1 à 2 h / jour

Début mars le chlorite de sodium me rend très nauséeux et je réduis les doses, 3 gouttes / jour  au lieu de 3 gouttes toutes les heures/ 8h,  je ne peux supporter plus sans me sentir l’envie de vomir. 

Aujourd’hui je me sens bien et ai repris le chlorite de sodium la dernière semaine de mars sans effet nauséeux,  j’en suis à 3 gouttes /heure pendant 8h

À ce jour , et d’après mes analyses de sang, toutes mes anomalies biologiques reviennent à la normale, et ceci sans chimiothérapie.

Norbert Fischman

le 24/04/2017

%d blogueurs aiment cette page :