Est-ce que le stress émotionnel augmente le risque de cancer du sein?

Partagez Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someone

Pressés? Cliquez ici pour lire le résumé de l’article …

La Saint-Valentin approche. Elle est considérée comme un jour pour les amoureux et le romantisme, et même s’il peut être merveilleux pour certains … il peut aussi être stressant et même franchement désagréable pour les autres.

Vous pourriez être contrarié de ne pas avoir de partenaire, ou être en deuil de la perte d’un être cher, ou ressentir de la colère quand votre bien-aimé ne reconnaît pas ce jour particulier.

Vous pouvez ressentir la négligence, la colère, le mal, la perte, la haine, le ressentiment ou la douleur. Alors qu’il est certainement désagréable sur le moment, saviez-vous que ce stress émotionnel est également impliqué dans le développement et la progression du cancer du sein?

La médecine moderne attribue le développement du cancer aux changements de l’ADN qui réduisent ou éliminent les contrôles normaux sur la croissance cellulaire et la mort cellulaire programmée. Un nombre croissant de personnes est prêt à accepter le fait que les toxines environnementales, les virus et l’exposition aux rayonnements sont impliqués dans le développement du cancer. La recherche occidentale soutient même l’idée que la dépression peut nuire à la fonction du système immunitaire – la première ligne de défense contre le cancer.

Cependant, rarement le stress émotionnel a été considéré particulièrement pertinent dans le processus du cancer, par la médecine conventionnelle.

Le point de vue de la médecine chinoise traditionnelle sur le stress émotionnel et le cancer

Alors que la médecine occidentale peut ne pas le reconnaître, l’idée que la détresse émotionnelle peut contribuer au développement du cancer est connue depuis l’Antiquité en Chine. La médecine traditionnelle chinoise (MTC) considère que toutes les maladies internes ou chroniques sont causées par les sept émotions majeures – la colère, le choc, la joie, la peur, la dépression, l’anxiété et la tristesse.

Le point de vue médical chinois traditionnel de l’étiologie du cancer (l’étiologie signifie la cause), qui a évolué au cours de plusieurs siècles, reconnaît l’impact des altérations génétiques et des toxines environnementales comme contributeurs à la maladie. Toutefois, la MTC comprend que, bien qu’il existe de nombreuses raisons pour le cancer, une des principales causes est les émotions.

La MTC souligne les contributions émotionnelles dans le développement du cancer. En particulier, elle considère la dépression (comme dans la colère réprimée), la douleur (généralement en raison de la mort d’un être cher), et l’anxiété (inquiétude et peur, et la pensée circulaire excessive – beaucoup d’idées pendent autour) comme des facteurs contributeurs majeurs.

La MTC attribue cela à l’énergie stagnante. Si la stagnation se poursuit, elle peut éventuellement se présenter comme une tumeur ou un autre type d’activité cellulaire excessive. Elle a cru que le corps humain est sujet au cancer en cas de stress émotionnel ou de perturbation.

Selon le Journal Internet de l’Institut de Médecine Traditionnelle et de Soins de Santé Préventifs, un texte de la dynastie Ming du chirurgien Chen Shigong (1555-1636) indiquait que le cancer du sein « résulte de l’anxiété, de la dépression émotionnelle et de « trop y penser » qui altèrent le foie, la rate et le cœur et provoque l’obstruction des canaux ».

Cette théorie est mentionnée dans d’autres classiques médicaux chinois, tels que Yellow Emperor’s Canon of Internal Medicine et Golden Mirror of Original Medicine.

De nombreuses études intermédiaires et actuelles ont trouvé la même chose. Par exemple, une étude chinoise de 2016 a révélé que des facteurs psychologiques comme le stress, l’anxiété et la dépression peuvent être considérés comme des prédicteurs du risque de cancer du sein.

Comment le stress émotionnel altère vos gènes

Il y a aussi le champ naissant de « psycho-neuro-immunologie. » C’est l’étude de la façon dont les états psychologiques, tels que détectés dans l’activité du système nerveux, impactent le système immunitaire.

La psycho-neuro-immunologie implique la connexion entre le cerveau, le système nerveux périphérique et le corps. Elle suggère que le stress émotionnel augmente la prédisposition d’une personne au cancer en modifiant les gènes qui contrôlent la réponse au stress.

Les mécanismes par lesquels les émotions peuvent favoriser le processus du cancer comprennent l’augmentation des hormones de stress qui diminuent les fonctions immunitaires et altèrent le métabolisme des hormones et les toxines environnementales.

En bref, la théorie est que nos cerveaux stressés envoient des signaux à nos glandes surrénales pour produire des hormones de stress. À leur tour, ces hormones de stress déclenchent une activité cancéreuse telle que la production de radicaux libres (lésions de l’ADN), l’inflammation, la mort des cellules cancéreuses et la stimulation des facteurs de croissance qui peuvent favoriser la croissance des cellules tumorales. Une fois qu’une tumeur s’est formée, le stress émotionnel contribue alors à la progression de la maladie.

Le Système Nerveux Sympathique et la Réponse «Lutte, Vol ou Blocage»

Le système nerveux sympathique (SNS) est le système primaire impliqué dans la lutte, le vol ou la réponse au blocage. Ce mécanisme de réponse est câblé dans le système nerveux comme un moyen de répondre à la douleur ou le stress, y compris le stress de la colère.

Nous pouvons nous en éloigner, lutter contre lui, ou l’occulter, mais tant que nous sommes exposés à un danger (réel ou implicite), nous resterons dans ce mode, reproduisant des dommages sans fin à notre santé physique et émotionnelle

De nombreuses études ont montré que le SNS, lorsqu’il est activé de façon chronique, peut effectivement favoriser le développement et la propagation du cancer. C’est parce que les mécanismes d’adrénaline et de stimulation de la noradrénaline peuvent modifier le code génétique, dégrader l’ADN et déclencher une cascade de processus pro-cancéreux.

Le Stress Émotionnel Modifie les Gènes: la «Nouvelle» Vue Occidentale

Jusqu’à récemment, il semblait y avoir seulement une relation causale entre le stress et la maladie, du moins dans la médecine occidentale. Cependant, des études récentes ont montré que les traumatismes émotionnels réprimés affectent réellement notre ADN, et heureusement, plus de chercheurs et de médecins en prennent note. Fait important, il est maintenant reconnu que la connexion corps-esprit au cancer n’est pas une philosophie; C’est un fait biologique.

Les influences environnementales, telles que le stress et les émotions, modifient les gènes. Comme mentionné ci-dessus, il existe un certain nombre de facteurs qui altèrent les cellules. Notamment, ce sont les mêmes stress psychologiques que la chronique dans la médecine traditionnelle chinoise. Il peut s’agir d’un choc inévitable, de sentiments refoulés, de chagrin, de dépression, d’isolement, de traumatisme émotionnel et de conflit externe.

Pour être clair, alors que les émotions toxiques ne changent pas réellement nos gènes, ils déclenchent une poussée de changements cellulaires entraînant un cancer. La dégradation continue de la structure épigénétique de nos gènes conduit à une immunité altérée et une sensibilité accrue à la mutation cellulaire.

En d’autres termes, alors que notre ADN est bloqué à la conception, les facteurs émotionnels peuvent précipiter une réaction chimique dans notre corps qui peut en permanence modifier la façon dont nos gènes réagissent.

Par exemple, dans le cancer du sein, le gène qui inhibe normalement la croissance des tumeurs (le gène P53) est désactivé par les expériences négatives tandis que d’autres gènes qui favorisent la propagation du cancer sont activés (tels que le gène Bcl2).

Les Cellules Souches du Cancer et le Stress Émotionnel

Un autre point très important est que les cellules souches cancéreuses (CSC) sont incitées à se regrouper et à croître à cause des facteurs inflammatoires liés à divers facteurs de stress sur le corps – y compris les émotions toxiques. (Les cellules souches cancéreuses sont les seules cellules cancéreuses qui peuvent métastaser, et elles sont souvent résistantes aux médicaments chimiothérapeutiques standards ainsi qu’à la radiothérapie). C’est encore une autre raison de stress émotionnel est sans aucun doute une cause majeure du cancer et de sa récurrence.

Alors qu’une déception n’est pas susceptible de vous donner le cancer, le stress émotionnel chronique va certainement augmenter votre risque de cancer et de sa récurrence.

Étant donné qu’il est tout à fait clair que la détresse émotionnelle peut contribuer au développement de maladies comme le cancer, il est important de réduire ses effets négatifs sur la santé. Il n’est pas toujours facile de gérer notre colère, mais il est important de trouver des débouchés constructifs pour elle.

Apprendre à contrôler le stress émotionnel est clairement important pour la prévention du cancer ainsi que la progression de la maladie.

Faire face au stress émotionnel
Pour l’instant, il n’y a pas une pilule magique qui puisse libérer l’esprit de toutes les atrocités de la vie. Cependant, la respiration profonde calme un système nerveux sympathique augmenté responsable de la lutte ou de la fuite et détend le corps. L’exercice, une alimentation saine, et la poursuite d’activités apaisant l’esprit telles que le yoga, la méditation, la Technique de Libération Émotionnelle (EFT), la psychothérapie, le Reiki, Qi gong, la musicothérapie et la médecine traditionnelle chinoise peuvent être utiles.

L’épuisement mental est nuisible et les responsabilités de vie doivent être compensées par le divertissement et le rire. S’efforcer de se concentrer sur la vie, de passer du temps avec les amis et la famille et d’embrasser un sentiment de gratitude non seulement réduit votre risque de cancer, mais vous fera de vous une personne beaucoup plus heureuse et en bonne santé … si c’est la Saint-Valentin ou tout autre jour de l’année.
Vivez votre vie sans la menace du cancer.

 

Résumé de l’article

  • Alors que la médecine occidentale peut ne pas le reconnaître, l’idée que le stress émotionnel peut contribuer au développement du cancer est connu depuis l’Antiquité en Chine.
  • Médecine traditionnelle chinoise (MTC) comprend que, bien qu’il existe de nombreuses raisons pour le cancer, une des principales causes est les émotions.
  • En particulier, elle considère la dépression (comme la colère refoulée), la douleur (généralement en raison de la mort d’un être cher), et l’anxiété (inquiétude et peur, et l’excès de ressassage) comme étant des facteurs contributifs majeurs.
  • Il y a aussi le champ naissant de la «psycho-neuro-immunologie» qui est l’étude de la façon dont les états psychologiques, tels que détectés dans l’activité du système nerveux, ont un impact sur le système immunitaire. Il suggère que le stress émotionnel augmente la prédisposition d’une personne au cancer en modifiant les gènes qui contrôlent la réponse au stress.
  • Tandis que les émotions toxiques ne changent pas réellement nos gènes, elles déclenchent une poussée des changements cellulaires entraînant le cancer. La dégradation continue de la structure épigénétique de nos gènes conduit à une immunité altérée et une sensibilité accrue à la mutation cellulaire.
  • Alors qu’une déception n’est pas susceptible de vous donner le cancer, le stress émotionnel chronique va certainement augmenter votre risque de cancer et de sa récurrence.
  • Il n’existe pas de pilule magique qui puisse libérer l’esprit de toutes les atrocités de la vie. Cependant, la respiration profonde, calme un système nerveux sympathique exacerbé responsable de la lutte ou de la fuite et détend le corps. L’exercice, une alimentation saine, et la poursuite d’activités apaisant l’esprit telles que le yoga, la méditation, la Technique de Libération Émotionnelle (EFT), la psychothérapie, le Reiki, Qi gong, la musicothérapie et la médecine traditionnelle chinoise peuvent être utiles.

Source : https://thetruthaboutcancer.com/emotional-stress-breast-cancer/?utm_source=SM-Facebook&utm_medium=fb-ttac&utm_term=emotional-stress-breast-cancer&utm_content=FB-emotional-stress-breast-cancer

Il reste 22 commentaires Aller aux commentaires

  1. Comet /
    C’est facile de traiter le Docteur Hamer de gourou, afin de le démolir, et surtout de ne plus risquer une fuite des capitaux engrangés par l’industrie du cancer (200,000 € par cancer). Je suis convaincu de la véracité de la « loi d’airain du cancer », pour l’avoir vécue victorieusement personnellement, ainsi que de nombreux de mes patients qui, pour la plus grande majorité, ont été empêchés de faire ce que préconisait le Dr Hamer, et sont morts suite aux traitements officiels.
  2. malypaet /
    La nature c’est beaucoup de hasard et Darwin qui pousse tout les êtres vivants à s’adapter aux modifications de leur environnement.
    Cela vaut aussi pour les cellules cancéreuses.
    Rien n’est vraiment simple, tout n’est pas forcément blanc ou noir.
    J’imagine une femme de 70 ans lisant la démonstration de Duval avec sa parabole sur l’allaitement, j’en souris d’avance.
    Alice a raison, une colère qui débouche sur un cris, un geste de défoulement, est saine. Une douleur qui débouche sur des pleurs est saine.
    C’est le refoulement qui est toxique.
    1. Gérald /
      Ce n’est pas la démonstration de Duval mais de Hamer et beaucoup d’autres
  3. malypaet /
    Pour en revenir au stress qui est le sujet de cet article et qui concerne tous les cancers et probablement d’autres maladie, il faut rappeler que dans la nature il existe comme mécanisme de défense. Imaginez vous face à un loups affamé, au bord d’un précipice ou que votre enfant vient de tomber à l’eau, votre cerveau envoi des signaux d’action sous forme d’hormone (adrénaline par exemple), votre coeur s’accélère pour fournir une grande quantité d’énergie, votre cerveau s’accélère lui aussi pour déclencher une action de survie qu’il juge la plus efficace.
    En fait le stress dont il est sujet dans cet article ne se termine pas par une action, alors il y a accumulation d’énergie et d’hormone que l’on arrivera plus ou moins bien à éliminer.
    Simplement selon son intensité, sa répétition et dans un contexte défavorable, il pourra être la goutte d’eau qui déclenchera le cancer ou une autre maladie.
    Dans le cadre d’une maladie c’est aussi un agent amplificateur.
    C’est un élément parmis d’autres, hygiène de vie, qualité d’environnement (tabac, amiante,etc…), rencontre avec un virus, etc…
    Pour Duval, wikipédia est une encyclopédie libre, rien ne l’empêche d’y ajouter sa contribution ou ses corrections, s’il est capable d’argumenter avec des faits précis.
    Pour ceux qui veulent du sérieux, je conseil plutôt de se tourner vers les livres de David Servant Schreiber, Guy Cornaud ou le toujours vivant professeur Joyeux, cancérologue de Montpellier et qui sillonne la France pour donner des conférences sur le sujet.
  4. Alice /
    J’apprécie les commentaires de Jean-Louis. Je crois que les malades méritent plus de sérieux. Ma critique portait effectivement sur l’absence de référencement scientifique, et l’allègre improvisation sur les gènes du stress. Le tout introduit par la Saint-Valentin et conclu par un désinvolte « il n’y a pas de pilule magique ».
    Pour finir, en quoi la démonstration concerne-t-elle seulement les femmes et le cancer du sein. Ah oui, j’avais oublié. La Saint Valentin !
    1. DUVAL /
      Si Jean louis en est encore à WIKIPEDIA, je me demande ce qu’il fait sur ce forum.
      Les travaux du « martyr » Docteur HAMER sont étayés de nombreuses preuves scientifiques mais comme tous les autres qui sont sortis du chemin téléguidé par la science frelatée il a été banni et traité comme un chien. D’ailleurs on peut se demander si Jean Louis est vraiment ignorant, ou s’il est là pour troubler l’opinion.
  5. DUVAL /
    Les travaux remarquables du Docteur HAMER ont prouvé qu’un choc ou un stress émotionnel pouvait induire au cancer.
    Concernant le cancer du sein chez la femme: selon la nature de ce stress, le cancer sera différent : prolifération de cellules mutantes si la femme est anxieuse concernant la vie d’un enfant ou à l’inverse nécrose suite au décès d’un enfant par exemple.
    Pourquoi ? Parce que la nature ne fait rien par hasard . Dans le 1er cas, le cerveau limbique comprend qu’il faut apporter plus de lait, au contraire dans le second cas il faut en réduire la production devenue inutile. L’arrêt du cancer interviendra lorsque cette partie ancienne du cerveau aura compris que le « danger » a disparu. C’est à dire lorsque la femme aura résolu son problème.
    1. jean louis /
      J’appelle les lecteurs du commentaire de « Duval » à lire la page Wikipedia concernant le Dr Ryke Geerd Hamer.
      Restons sérieux et n’envoyons pas les personnes malades ou désespérées vers des pseudo-praticiens et des pratiques aussi irresponsables et dangereux, de l’avis même de nombreux praticiens « alternatifs ».
      1. DUVAL /
        Je pourrai inviter les lecteurs de Jean Louis à lire beaucoup d’articles sur la vérité du cancer, et ils tomberaient des nues face à ce génocide organisé par la mafia des labo pharmaceutiques. Mais ici n’est pas le lieu pour convaincre, simplement pour informer.. Mais ne tardez pas trop, demain il sera peut être trop tard.
  6. jean louis /
    Bien d’accord avec Alice et j’ajouterai que ce type d’article sans aucune référence scientifique est dans la droite ligne des modes de pensée crypto-religieux visant à imposer l’idée que l’homme est responsable de ses maladies (revoilà sous forme masquée la notion de péché originel courante dans toutes les cultures). Libérons-nous de ces formes de soumission aux « forces de l’esprit » comme dirait l’autre, qui sont utilisées par les « dominants » pour assoir leur pouvoir sur le plus grand nombre. La maladie, la mort, le sexe et le rire, quoi de plus naturel lorsqu’on vit en liberté de conscience : nous saurons alors prendre les bonnes décisions pour nous soigner et protéger notre santé comme on le fait pour nos enfants.
  7. bourgue monique /
    perso je trouve l article très bien ecrit et vrai dans mon cas je l ai toujours pensé! mais encore une fois beaucoup de medecins vous traite d ‘idiote »
    pour alice non j ai aussi perdu mon papa et un amour impossible ..il y a 3 ans, la peine le chagrin ce n est pas la meme chose que de vivre dans l anxiété perpetuelle, les soucis la peur du lendemain le manque de tout c est cela qui conduit au cancer
    ensuite il faut oublier faire du sport bien manger. mediter ou faire du yoga n est pas donné a tout le monde
    mais toujours plus facile a dire que de faire mais il faut se battre pour soi..pour ne pas rechuter…et » engraisser » les labos peut etre la colère est aussi meilleure que le désespoir..
  8. Alice /
    Voilà un article bien vague et bien peu étayé – notamment en ce qui concerne les mécanismes d’altération génétique. Parler de l’impact émotionnel sur la santé – et pas seulement sur le cancer du sein… – bien sûr. Mais avec plus de sérieux. Pensez- à celles qui vous lisent.
    A propos, je viens de perdre mon papa. Est-ce qu’il faut qu’à la tristesse j’ajoute l’angoisse d’une récidive ?
    1. Luciano /
      Je suis novice et je vous trouve encore moins clair que l’article lui-même. Que lui reprochez-vous exactement ?
      Ensuite puisque vous avez conscience de votre état a priori avec une bonne maîtrise de vos ressentis, mettez une dose de stoïcisme heureux : votre tristesse ne changera rien au passé, votre angoisse ne connait rien du futur. Profitez de l’instant présent et réjouissez-vous de ces découvertes. Le savoir est infini -donc inaccessible en totalité- et ce voyage dans la connaissance est passionnant.
      1. jean louis /
        Il y a un gros problème avec cet article : il n’est pas étayé scientifiquement et procède par affirmations successives sans qu’ aucune référence ou étude médicales ne vienne crédibiliser ces pseudo-découvertes. Ne soyons pas naïfs et demandons plus de sérieux dans la démonstration, surtout lorsque de telles affirmations sans référencement scientifique concourent à augmenter le stress et donc la culpabilité des personnes en difficulté.
        1. Luciano /
          Je comprends. Malgré tout, et avec ma naïveté, je me dis que cette connaissance complexe -sinon elle aurait découverte bien avant- et naissante ne peut être exposée en un résumé d’une page. Le « plus de sérieux dans une démonstration » est certainement nécessaire pour satisfaire un esprit cartésien, mais un champs expérimental serait plus scientifiquement galiléen. Mais avons-nous les moyens de le mener ou comme la plupart des découvertes en somme-nous au stade de l’intuition, de l’instinct ??
          Enfin les recommandations exposées ne semblent pas nuire aux personnes.
          De là à ce que ce genre d’affirmation augmente le stress, j’avoue pour ma part le trouver bien minime et la culpabilité pouvant en résulter être le fruit d’autres pathologies plus inquiétantes.
          Enfin il est de la liberté de chacun de s’informer plus avant et d’avoir le discernement qu’il convient ou de se faire aider si besoin est. Ce ne sont pas les moyens qui manquent. C’est ce que je fais de mon côté.
  9. D'amico anne /
    Il n’existe pas de pilule magique mais il pourrait exister des coordinateurs fonctionnant avec des oncologues curieux et intéressés lesquels préconiseraient les thérapies les meilleures pour chaque cas avec un suivi pouvant servir à d’autres.
    Aujourd’hui , chaque patient est abandonné et va aveuglement de thérapies en profiteurs sans protection nii résultats contrôles.
    Y a t il des hôpitaux qui organisent un système de ce genre ?
    1. jean louis /
      Votre question est passionnante et nous n’en sommes qu’aux « balbutiements » avec cette nouvelle discipline appelée médecine translationnelle qui, bien qu’embryonnaire et réservée aux praticiens hospitaliers et chercheurs fondamentaux, évolue vers la coopération interdisciplinaire avec à terme la participation des communautés de patients (associations) et des acteurs de soins complémentaires.
      Pour tenter de voir plus clair dans sa (ses) pathologies, plusieurs possibilités :
      – adhérer à une asso de patients lesquelles sont au contact des milieux hospitaliers, informent sur les soins de support et souvent animent des groupes de soutien.
      – s’intéresser à sa maladie, lire et chercher sur internet les meilleurs centres de soins, appelés centre de référence de telle ou telle pathologie.
      – si l’on a un doute ou qu’une consultation n’est pas satisfaisante, demander un second avis auprès d’un autre praticien (hospitalier de préférence car il y a moins d’interférences avec les intérêts pécuniaires).
      – Refuser toutes thérapies alternatives vous incitant à arrêter votre traitement. Mais si vous êtes intéressée par l’homéopathie, l’acupuncture, la méditation
      ou des thérapies cognitives, pas de problème du moment que vous suivez votre traitement médical hospitalier.
      Bien à vous.
      1. schwartz /
        le stress change le rythme cardiaque…..
        1. jean louis /
          Oui et cela a été confirmé par plusieurs études. C’est pourquoi le regretté Dr David Servan Schreiber proposait entre autres la pratique d’ exercices de cohérence cardiaque et toute une série de recommandations concernant ce que l’on appelle aujourd’hui l’hygiène de vie. On sait aussi que le stress aigu devant un danger imminent nous aide à réagir très rapidement pour l’éviter. « Au bord de la falaise, mon cœur battait la chamade… » disait le poète.
          Mais comme le fait comprendre Alice si justement et avec humour, le stress émotionnel fait partie de la vie de tous les jours, « de ses joies et de ses peines » : veillons à le limiter selon nos moyens et à consulter des études sérieuses, souvent menées par des chercheurs en neurosciences (comme l’était l’ami David).
  10. Kévin Leroux /
    Merci pour cet article, encore une fois très intéressant.
  11. Comet /
    Et oui, le Docteur Hamer avait raison ! … Sans commentaire !
    1. DUVAL /
      Je suis frappé par l’ignorance de la plupart des commentaires en matière de cancer. Le cancer n’est pas une pathologie au sens péjoratif mais un mécanisme de survie. Le combattre par les méthodes agressives c’est tirer sur les pompiers qui tentent d’éteindre le feu, c’est s’affranchir d’un message primordial et le résultat est catastrophique. même si l’illusion demeure un certain temps.

Laisser un commentaire

: