Bleu de méthylène – Effets secondaires

Chers tous,

Nous avons choisi de partager avec vous les résultats de nos hypothèses et les résultats de nos recherches.Nous sommes en train de progresser vers un traitement efficace du cancer et des maladies attenantes. La recherche doit suivre une voie balisée. Il faut élaborer des concepts, tester chez l’animal puis organiser des essais normés.

Le temps de la recherche est un temps long. Ce n’est pas le même que celui du malade qui se sait condamné à brève échéance. Je tiens à vous rappeler mon opposition formelle à tout essai « sauvage ».  En particulier, le bleu de méthylène est un médicament et comme tout médicament il a des effets secondaires potentiellement dangereux.

Je ne peux que vous inciter à la plus élémentaire prudence.

Dr Laurent Schwartz

Il reste 44 commentaires Aller aux commentaires

  1. marso /
    Je cherche du bleu de methylene. J’ai appelé plusieurs pharmacie, c’est « niet ». Et on me demande une prescription.
    Et en plus je ne connais ni la forme (poudre, solution) ni le dosage. Ou m’adresser ?
    1. Jean Le Bitoux /
      Je suggère de demander à votre vétérinaire une prescription pour des gélules dosées à 50 mg – qui seront préparées dans un laboratoire pharamaceutique local qui a l’habitude de réaliser des préparations magstrales. Puis je suggère de tester une ou 2 gélules quotidiennes – avec un repos au bout de 10 à 15 jours. Nous sommes tous si différents (- âge poids, taille,..) et je ne crois pas qu’il y ait de mode d’emploie plus précis. A moins que quelqu’un ne le partage ?
    2. Fael Khir /
      vous pouvez demander à votre pharmacien de fournir des gélules de 75ml de BM et vous en prenez 3 par jour. Dans le cas échéant vous prenez une cuillère à soupe rase de BM poudre (zinc free disponible sur Internet) vous mélangez dans 5l d’eau et vous prenez 1/2 verre 3 fois par jour
      1. Jean Le Bitoux /
        Merci de ces précisions. Le BM étant banalisé en aquariologie il ne devrait pas contenir de résidus toxiques car cet écosystème en est très sensible !
        1. Fael Khir /
          est ce que vous une idée sur la durée du traitement et s’il faut arrêter qques jours et reprendre ou non
          Merci
    3. marso /
      Je regardais si je pouvais trouver du bleu methylene pour aquarium et je tombe la dessus : « J’attire l’attention du lecteur que le bleu de méthylène est dangereux, interdit en pharmacie à cause de ses effets cancérigènes, qu’il ne faut l’utiliser qu’avec des gants, lunettes, vêtements et filtres respiratoire. »
      Ah, ben mince !!
      1. malypaet /
        Il ne faut prendre que du bleu de méthylène à usage pharmaceutique.
        Pour les poissons il est pas pur et contient d’autres produits.
  2. Issam /
    Coucou, s il vous plait comment peut on obtenir l huile de CBD?
    Merci beaucoup.
  3. Linda Boscarino /
    Bonsoir a tous ,
    Mon mari prend du BM je voudrais savoir si il doit le prendre en dehors des repas ou si ça na pas d’importance merci d’avance
    Lili
  4. Lili /
    Bonjour pourriez vous me dire comment avoir un rendez vous avec le docteur schwartz ? Ou alors comment le contacter ?
    Mon mari est atteint de glioblastome …. merci d’avance
    1. Yuko /
      Bonjour,
      Je doute que Dr Avetyan et/ Dr Schwarz vous soient d’une aide quelconque.
      J’espère que vous trouverez des médecins qui pourrons vous aider.
      Je suis en phase terminale beaucoup de méta, dont au cerveau. Tout deux veulent m’imposer un traitement radio pour l’entier du cerveau, donc en ni une ni deux je serais une banane bavante, c’est fort probablement ce qui m’attend, mais au moins ce sera plus tard.
      Dr Schwartz a fait pression sur mon médecin traitant et m’a dit que je faisais une connerie.
      Voilà le discours de médecins qui promeuvent le traitement « non Toxique ».
      Le pire c’est que je croyais en leur honnêteté et j’ai même fais un don (200 € c’est beaucoup pour moi)
      Je suis dégoûtée.
      Et vous souhaite du fond du cœur de rencontrer des médecins qui ne font pas qu’être de beau parleur mais bien près à vous soutenir et tenir À leurs engagements.
      Courage
      1. Victor Nickel /
        Cet anglais aurait apparemment guéri de métastases cérébrales en ingérant de l’huile de cannabis par suppositoires
        http://www.georges-story.co.uk/my-treatment/
        1. Yuko /
          Hello,
          Impossible de s’en procurer en France.
          Même pas de cannabis médical 🙁
          Bon week end
      2. Fael Khir /
        Pour les métastases cérébrales, essayer Legasil 30 comprimés
        1. Yuko /
          Bonjour,
          Merci beaucoup je vais voir comment et combien je devrais m’en procurer.
          Bonne fin de semaine,
  5. lassus therese /
    Bonjour,
    Mon mari a un cancer de la tete du pancreas diagnostiqué en mai 2018, 3cm de diametre, non opérable car compression vasculaire veineuse splenique et mesenterique
    Après 12 cures de Folfirinox, la tumeur était stable et le marqueur normalisé.
    , mais malheureusement il a eu une récidive au bout de 3 mois
    Le Folfiri n’a pas été efficace, il a developpé une ascite, puis il a eu une hémorragie digestive sur une varice de l’estomac, (secondaire à une thrombose veineuse splenique)
    Il a eu 2 seance de chimio par Gemzar, et depuis hier on lui a trouvé de multiples embolies des bases pulmonaires au scanner.
    L’ascite se renouvelle rapidement après les ponctions
    Pensez vous qu’il puisse essayer le bleu de Methylène ?
    Merci pour votre réponse
    Cordialement
    Therese LASSUS
  6. PIERRE /
    Bonjour,
    avez vous des retours sur l´utilisation anti-cancer du « bleu de toluidine », de la famille chimique du bleu de méthylene. D´aprés une étude in vitro sur des cellules de mélanome menée par Georg. T. Wondrak de l ‘ Université d ´Arizona, il serait létal a plus faible dose que le bleu de méthylene pour ces cellules cancereuses.
    Merci
  7. Sana /
    Bonjour Docteur Schwartz,
    Je vous écris car ma mère 61 ans a un cancer du col de l utérus qu on lui a diagnostiqué en octobre 2017. Elle a eu droit à la chimiothérapie, radiothérapie et curiethérapie qui a grillé sa tumeur au niveau du col. Quelques mois après on lui diagnostique quelques métastases au niveau du foie et du poumon. Aujourd’hui les métastases sont toujours voire un peu plus nombreuses.
    Elle a subi 6 protocoles de chimio. Elle y croyait mais sans effet.
    Après des recherches sur internet, des nuits entières passées, je tombe sur votre traitement qui nous donne une lueur d espoir.

    Elle a commencé le traitement métabolique le 28 janvier en ayant arrêter la chimiothérapie (décision prise avec son oncologue, car pour lui il n y a plus rien a faire). Et essayant d introduire le régime cétogène tout doucement car depuis le début, elle a perdu 25 kg.
    Aujourd’hui, si on se base sur les prises de sang. La maladie évolue. Elle doit faire un scanner prochainement.
    Peut on essayer d y ajouter le bleu de méthylène?
    J attends votre réponse avec impatience.
    Je ne sais plus quoi faire pour que ma maman aille mieux.

    Cordialement.

  8. Corine /
    Bonjour Coco,bonjour à tous
    Je vais très bien, malgré le cancer qui est toujours présent. Stabilité dans l’évolution des métastases selon le résultat du dernier scanner
    L’efficacité des chimios me paraît bien moyenne (irinotecan, avastin et 5 fu)Très lourd pendant la diffusion mais cette fois-ci j’ai essayé l’huile de CBD pendant la diffusion et j’ai relativement mieux vécu la chimio, un mal-être beaucoup moins important.
    Hier on était samedi lendemain de traitement et j’étais en forme (marche etc et gout de vivre !!!!)Les gens en sont surpris de cette récupération rapide.
    Pour moi c est l’alimentation cétogene bien faite, c est le traitement métabolique (je viens d’y ajouter la lactoferrine depuis 3 semaines C est un essai) et le jeûne de trois jours pendant la chimio, i’ai une perte de poids mais très vite je récupère car j’ai un excellent appétit. Je dis et rédit pour tous les malades du cancer attention au jeûne car risque d’amaigrissement. Et également l’alimentation cétogene il est très important de varier ++ les graisses végétales et animales ( graines de lin graines de chanvre.,graines de chia,sésame,noix,amandes noisettes)
    Et bouger,se relaxer. Donc tout cela pour l’instant me permet d’avoir une très bonne qualité de vie et sans aucun symptôme de la maladie.
    Je bois beaucoup d’eau surtout pour éliminer les toxines de chimio car je l’ai déjà dit je fais partie des personnes qui ont très très peu d’enzymes pour éliminer les toxines de chimio. J’arrive à plus de 35 chimios. Mais quand j’ai envie de partir en vacances on décale les oncologues sont OK avec ça. Ils sont informés de ce que je fais, pas d’approbation mais pas de jugement non plus, je pense quand même qu,ils observent. Et je n’hésite pas à redire tout ce que j’ai mis en place de temps en temps. Je pense aussi qu’ils sont pris par leur traitement de chimio qu’ils n’ont pas de temps pour observer tous les effets des divers accompagnement de leur traitement. Nous patients on a besoin de toutes les connaissances des recherches en cours et pas seulement la médecine dite conventionnelle tellement difficile à vivre par tous ses effets indésirables pour certains malades.
    Coco Je pourrai vous envoyer des messages personnels ?
    A tous bon dimanche, Vivez !!!!Écoutez votre intuition, n’ayez pas peur de dire vos ressentis,.On va le vaincre se cancer !!!!!
    1. coco /
      Bonjour Corine
      oui bien sûr vous pouvez
      cococazaux@orange.fr
      bon dimanche à vous et à tous.
      Coco
  9. coco /
    Bonjour Corine
    comment allez vous depuis l’autre jour ?
    ô que je suis d’accord avec vous !
    Il ne faut pas avoir peur de parler avec les médecins, les oncologues, les chirurgiens. …mon ami a changé de généraliste il y a trois ans et en a trouvé un super qui lui prescrit les analyses de sang tous les trois mois. Récemment la chirurgienne qu’il a consultée lui a même demandé les coordonnées de Laurent Schwartz ! Quant à son oncologue il n’est pas hostile du tout et laisse faire.
    quant au régime nous sommes suivis par Magali qui est adorable et très compétente.
    Je pense que plus on sera nombreux à en parler, plus ça va en interpeller certains !
    bon week-end à tous et bon courage !
    Surtout ne pas se desesperer! !!! On y arrivera tous ensemble!
    Coco
  10. ROMANANGE /
    Bonjour, je lis avec grand intérêt tous ces échanges.
    A propos par exemple du traitement métabolique 1 amie concernée elle aussi a finalement dit « Je ne le prendrai pas car on n’a personne pour assurer notre suivi ». Et vlan…
    D’un côté : des pistes qui incitent les patients à expérimenter des choses, mais quasiment sans aucun praticien formé pour les accompagner ( notamment pour prescrire les examens de contrôle indispensables). Avec ça du coup : de l’auto-médication et des conseils en communauté – qui peuvent fonctionner pour d’autres mais pas forcément pour tous. Chez certains cela peut générer de nouveaux problèmes (notamment la diète cétogène, selon ce qu’on a – par ex des intolérances alimentaires non identifiées ou des dysfonctionnements physiques qui peuvent être aggravés et l’absence de contrôles entre autres sanguins).
    De l’autre : les « autoroutes » thérapeutiques de la médecine institutionnelle – qui est cependant elle aussi démunie et qui avance « dans le brouillard » notamment pour certaines maladies rares…
    Pour moi ce qui manque cruellement dans tout ça tient en 3 choses : – l’absence de culture, de volonté et de formation à une médecine « intégrative » qui mixerait pour chaque personne ce qui marche autant dans la tradition que dans l’hyper technologie,
    – La domination des intérêts économiques sur le système de santé, tout le monde connait le sujet, il est bien documenté, et nous pouvons tous en constater les effets notamment sur les prescriptions (ou au contraire les « black out » et les blocages organisés comme pour le canabidiol concernant la douleur…),
    -Enfin : l’absence de praticiens formés, volontaires et disponibles pour suivre les patients qui tentent l’aventure complémentaire voire carrément alternative – y compris le protocole métabolique.
    Alors nous sommes amenés pour ne pas dire pire à jouer parfois nos vies au « saut à l’élastique », à attendre ce qui va se passer, à « bricoler » des traitements, même si des associations ou collectifs ou patients experts nous conseillent.
    Voilà le prix à payer en France aujourd’hui.
    Mais je ne veux pas NOUS plomber le moral. Restons solidaires, continuons à refuser certaines propositions – en cherchant accompagnement et individualisation maximum pour minimiser les risques, restons des explorateurs éclairés. L’avenir devrait grâce à ça j’espère être plus ouvert…
    1. Chantal TOUZEAU /
      Bonjour Romance
      Oui c est juste ce que vous dites mais je pense que nous les patients malades de cancer on est là pour faire avancer les choses .C’est à dire ce serait bien que chacun d’entre nous qui prend des médecines complémentaires qui met en place une alimentation cétogène etc en informe les oncologues.Il faut faire abstraction de ce qu’ils en pensent à priori.
      Parceque mine de rien ils observent ils font parfois un peu surpris de notre récupération après chimio (mais se gardent bien de ne dire)
      Plus on sera nombreux à dire clairement ce que l’on met en place de façon sérieuse et avec un suivi par nutritionniste plus il y aura des gens en bonne santé malgré le cancer et les oncologues à un moment donné vont bien être obligés de constater !!!!
      Nous devons le faire , s’affirmer dans nos choix nous sommes libres,la plupart des oncologues sont très compétents mais la plupart manque d’ouverture.
      Et nous en tant que patients on se sentira clair et assumant nos choix
      A un moment donné j’espère que tous ces grands médecins travaillent ensemble avec des traitements beaucoup moins agressifs
      Perso j’admire Laurent Schwartz parceque la tâche n’est pas simple il est un peu seul contre tous
      Mais n’oublions pas que c’est parfois celui qui est en dehors du système qui a raison.
      Je vous encourage tous à vous exprimer auprès de votre oncologue dans le respect de leur fonction car ils sont convaincus et veulent nous guérir.Sauf que…..les Chimios c’est violent ça peut prolonger la vie mais ça peut tuer également.
      Il est absolument nécessaire que nos oncologues s’ouvrent sur d’autres thérapies.
      Et ça coûtera moins cher à la sécurité sociale.
      Il faut associer toutes les connaissances !!!
      Osez en parler à vos médecin !!!
      Bon weekend à tous
      Corine
      1. ROMANANGE /
        Bonjour,
        Je suis d’accord, j’aimerais tellement…
        J’ai un médecin adorable, mais quand j’ai tenté le cétogène, j’ai vu écrit en caractères gras lors d’une hospitalisation par une interne que je ne manqeait que 20 GR DE GLUCIDES PAR JOUR, j’ai eu droit à une « leçon » d’un autre interne sur la perte de poids… Et le plus embêtant et qui m’a inquiétée : les examens sont décidés en RCP (ex : indispensable TEP SCAN) mais un médecin m’a nettement dit qu’on ne « me couvrirait pas » y compris au plan juridique (je suis juriste) si je fais ou prends des choses qui ne sont pas validées.
        Je suis allée voir 1 fois un médecin à Paris sui connait LS : une des médecins a fait des recherches sur lui, elle m’a dit qu’il n’était pas dans le réseau, j’avais fait part de sa prescription – il avait aussi fait un courrier à mon médecin principal pour collaborer dans mon suivi : on m’a renvoyé « qu’il n’y avait pas d’AMM  » pour cette prescription, cela a été écrit dans les CR diffusés à tout le monde.
        Alors je fais quoi ? Je me mets les médecins de l’hopital à dos ? Je me retrouve isolée (déjà que je ne vis pas dans ma région d’origine et n’ai pas ou peu d’entourage ici) avec mes problèmes de santé ? C’est hyper-anxyogène, et je n’ai pas la force de David contre Goliath. J’ai refusé une opération, et je mets des réserves quand je descends au bloc, cela a occasionné une fois une discussion avec le médecin chargé de l’endoscopie et des biopsies, qui ne savait pas quoi faire entre la prescription du médecin, et mes réserves… On a carrément négocié, avant qu’on m’endorme.
        Je ne veux pas « être lâchée » par les médecins hospitaliers, on échange plutôt bien, mon médecin connaît les travaux de LS. Il m’a demandé un jour « ce que je prenais comme plantes ».
        Mais je ne prends pas le risque de me retrouver isolée, et en difficulté si j’atterris aux urgences.
        L’association de malades « officielle » de ma maladie rare organise des journées avec eux, soutenue par les laboratoires pharmaceutiques. Que faire : y aller et intervenir en se mettant en risque tout seul ?
        Si vous avez une idée.
        Moi je ne veux pas payer le prix fort de l’exclusion médicale.
        LS doit bien savoir de quoi je parle : il serait temps que les praticiens ramènent d’autres praticiens, de bonne volonté, ouverts aux incontournables « essais normés » (j’en avais parlé avec mon médecin
        Les esprits sont parfois ouverts, mais le fonctionnement du système ne leur pas envie non plus de s’avancer en terrain inconnu, et d’être invalidés professionnellement… Ils ont leur carrière, leur réputation, et tiennent à la nécessaire confiance et connexion entre eux au sein de l’institution… Cela peut se comprendre…
        Si seul le patient manifeste sa différence, il peut se retrouver « sur la touche », tout seul. Quand on a une maladie rare entre autres, on est inscrits dans des protocoles nationaux, et on en dépend, notamment pour le suivi et les examens. Voilà, je veux bien échanger là-dessus. LS a raison de mettre les points sur les I dans cet article sur la procédure de validation, qu’il espère obtenir pour des essais. Sans ça : pas de salut pour investir le milieu hospitalier. Même si du « lobbying » de patients – mais organisé par dispersé – peut servir, on l’a vu dans Lyme par exemple enfin il y a en 1 qui a quand même fait la grève de la faim… (et les recommandations de la HAS sur la mise en oeuvre du traitement d’épreuve même en cas de résultat négatif du – peu fiable – test Elisa, sont rejetées par certains médecins, qui ne l’appliquent pas, cf un praticien qui me l’a carrément dit).
  11. Poub /
    « il semble vain d’imaginer trouver des thérapeutiques unitaires, d’impact rapides. ».
    N’est ce pourtant une thérapie unitaire basée sur une hypothèse simple (l’effet Warburg) que le Dr Schwartz affirme vouloir atteindre ?
    « Cancer : un traitement simple et non toxique » – Par le Dr Laurent Schwartz
    https://www.bivea.fr/blog/actualite/cancer-un-traitement-simple-et-non-toxique-par-le-dr-laurent-schwartz

    Cette incitation à « la plus élémentaire prudence » me semble plutôt nouvelle de sa part. Tant mieux en tout cas.

    1. ROMANANGE /
      Bonjour merci encore de ces échanges.
      Les avancées notamment que L. Schwartz veut générer seront d’autant plus efficaces qu’il jouera légitimement aussi son rôle médical et sociétal de « garde-fou » contre les médications trop hasardeuses.
      Le cas échéant c’est rejet total au plan institutionnel, et dans le monde de la recherche ce qui n’arrangerait personne (sauf à tous vouloir émigrer dans un pays qui fonctionne différemment).
      Je le remercie donc de cette posture.
      Oui nous autres patients sommes légitimes pour notre corps, et pour susciter des avancées, et faire évoluer nos médecins (sans oublier qu’ils peuvent nous faire évoluer aussi)…
      Oui : attention aux « médications sauvages » et ça vaut pour tout, d’où l’intérêt du suivi qui fait souvent défaut et les limites pour certaines pathologies de la transposition pure et simple d’une expérience d’un patient à l’autre. Tout la monde n’a ni la même pathologie, ni les mêmes réactions.
      Sans compter les protocoles que les médecins sont tenus d’appliquer notamment dans les maladies rares (on ne peut guère leur reprocher de s’en écarter, au vu de l’organisation institutionnelle, même si je considère qu’ils/elles ont quand même un pouvoir d’influence, et une marge de manoeuvre , ne serait-ce que pour susciter des essais cliniques, et avant tout : en écoutant les patients et en se tenant « en veille » des recherches même « hors protocoles »…).
      Le mien en tous cas semble suivre tout ça, une ouverture se fera peut-être d’ici peu ? Et nous patients contribuons à ces évolutions.
      D’où aussi : l’intérêt des « essais normés » sur des cohortes bien calibrées de patients (désolée pour le langage techno, et je ne suis pas médecin, j’ai une amie qui est chercheuse).
      Alors merci à LS aussi de ses mises en garde. Nous sommes en France…
  12. Jean François Le Bitoux /
    Il n’existe pas de médicaments qui n’aient pas de seuil de toxicité. Il est également normal que ce seuil varie avec chaque tempérament, chaque cas particulier (âge, habitudes alimentaires, etc.), voire évolue avec la maladie. Compte tenu de l’hétérogénéité des tumeurs, et de leur évolution au cœur de chaque écosystème que nous sommes, il semble vain d’imaginer trouver des thérapeutiques unitaires, d’impact rapides.
    Pour autant, il est heureux que nombre de lecteurs et participants de ce blog aient su partager succès et échecs, et que le Dr Schwartz les ait pris en compte. Après tout, n’est-ce pas la première mission et attention du médecin ? Avec une équipe diversifiée, il analyse depuis 20 ans les mécanismes de la cancérogenèse, ces dérives métaboliques qui produisent une tumeur et les mécanismes qui freinent cette évolution – et attendant de guérir et de prévenir.
    On trouve sur le web des témoignages étonnants de « traitements » que tout scientifique se doit de prendre avec des pincettes et plutôt de carrément ignorer car ils manquent de précisions. Cependant comme nombre de médecins qui ont aussi vécu des guérisons étonnantes et dérangeantes, on ne doit pas totalement se détourner de ces « informations ».
    Côté bleu de méthylène, c’est un traitement de grand-mère de certaines angines, un antiseptique et antiinfectieux pour lequel on trouve des références, des succès et des li-mites de validité. La dernière fois que je l’ai vu utilisé sur une petite fille, elle se plaignait qu’à l’école ses copines lui disait qu’elle avait une langue de crapaud, mais ça l’a guérie !
    Heureusement différentes équipes scientifiques à travers le monde tentent de mieux comprendre les modes d’action de médicaments utilisés en routine dont on sait finalement « peu de chose » comme l’aspirine, la metformine (contre le diabète), l’EDTA (contre des empoisonnements métalliques et certains cancers), ou encore le régime cétogène, les probiotiques et les modifications du microbiome intestinal. Cela signifie que le chimiste n’arrive pas à suivre les successions de réactions biochimiques qui qualitativement et quantitativement aboutissent à neutraliser les effets du mal visé. Mais s’il avait fallu attendre que le biochimiste comprenne ce qui se passe au cœur de nos cellules pour dire à quel moment la physiologie dérive vers la pathologie, peu d’entre nous pourrait lire vos témoignages.
    La cancérogenèse appartient à ces réactions vitales normales mais mal régulées et contrôlées en retour (= « feedback ») qui entraînent progressivement un dysfonctionnement grave. Les défenses naturelles de l’organisme sont débordées. Henri Laborit fut un des premiers à observer cette situation de stress qui accompagnait toute chirurgie, bien avant qu’on ne découvre autour de l’an 2.000, le « stress oxydant ». Ce chirurgien chercheur a financé une partie de ses travaux grâce à une molécule « antistress » pré-anesthésique, le Largactil, approche thérapeutique qui soulage différentes maladies de la même famille que le Bleu de Méthylène !
    L’approche métabolique d’Henri Laborit a donc consisté à « calmer » une physiologie sur-réactive et à ralentir des métabolismes cellulaires que l’on a découverts une ou deux décennies plus tard. Rappelons que Semmelweis a découvert la désinfection du personnel dans les maternités pour lutter contre « la fièvre puerpérale » autour de 1848, bien avant que la bactériologie ne prenne son envol. Il a fallu l’invention de la « Liqueur de Dakin » (eau de javel stabilisée et colorée) par Alexis Carrel, soit plus de 60 ans pour que cette pratique ne s’impose pour limiter les fortes moralités de 1914 en chirurgie de guerre.
    Cela fait beaucoup d’incertitudes mais comme c’est une voie thérapeutique sérieuse, encore merci à tous, médecins, chercheurs, patients et impatients.
    1. Corine /
      Merci Jean François Lebitoux

      C est une très très bonne analyse que vous faites. Oui pas si simple…. Oui très important les témoignages…. oui à condition qu’ils soient justes….Oui la recherche avance et oui nous sommes des patients impatients….
      Oui encouragements aux chercheurs au docteur Schwartz en particulier sur ce forum et tous ceux qui l’accompagnent.
      Vraiment Merci vous nous ouvrez la porte à la lucidité et à l’espérance en même temps…
      Prendre du recul quand c’est possible, pas facile lorsque les personnes souffrent.
      Meilleure santé à tous. Et surtout Vivez l’instant présent
      Corine

    2. pierron /
      prenez connaissance des travaux d’André Gernez sur les maladies dégénératives , le cancer notamment, validés par l’inserm mais mis sous le boisseau depuis 1973 because les intérêts du système médico-étatique. En video sur youtube .
  13. coco /
    Merci beaucoup pour votre réponse.
    Belle journée à vous
    coco
  14. POUB /
    Cher docteur Schwartz,
    Il serait « sympatrique » d’apporter plus de précisions s’il vous plait c.a.d. quels sont les effets secondaires que vous avez observé, dont vous ont témoigné les malades que vous suivez ou dont vous avez entendu parler.
    Vous avez toujours eu le soucis de la transparence … en espérant que vous n’éluderez pas cette question primordiale.
    Cordialement.
    G.S. Poub
  15. coco /
    Bonjour a tous.
    http://www.doctissimo.fr/medicament-METHYLTHIONINIUM-CHL-PROVEBLUE.htm
    J’ai trouve cette fiche sur internet concernant le BM. Mon ami en prend depuis une semaine a raison de 2 gelules par jour (75mg par gelule). Il souffre depuis son operation en 2015 (avec un seul rein) d’insuffisance renale moderee. Par ailleurs depuis hier matin il a ete pris de violents vertiges avec nausees (lies a sa maladie vestibulaire connue ?)…donc du coup je me pose la question concernant la poursuite du BM ou pas.
    Je me pose aussi une autre question : qu’en est il de la metformine qui semble t’il a disparu du protocole traitement metabolique ? Pourquoi ? Pas assez d’effets ? Trop d’effets secondaires aussi ?
    Si quelqu’un veut bien me repondre ce serait sympa. Un grand merci d’avance et bon courage a toutes et tous. Belle journee a tout le monde.
    Coco
    1. Corine /
      Bonjour Coco .Je comprends votre questionnement ,je ne peux personnellement vous répondre je croise les doigts pour que quelqu’un vous apporte une réponse car cette situation cause du stress et on en a pas besoin.les résultats de recherches sont tellement longs que ‘l.on a envie de rester et quand ça fonctionne c’est tellement bon!!!
      Le Dr Schwartz nous met en garde sur l’utilisation du bleu ,c est un médicament qui peut avoir des effets secondaires. Il travaille d’arrache-pied pour probablement trouver une solution qui soit sans risque pour les patients ou risque modéré.
      Ceci dit il ne faut pas lire tous les effets secondaires des Chimios à court terme et à long terme. C est pas vraiment rassurant et malheureusement ça arrive relativement souvent même si il y a eu des essais normés.
      Voilà Coco ,je pense bien à vous à votre ami Vraiment j’espère qu’une petite lumière va éclairer vos choix.
      Bon dimanche
      Corine
      1. coco /
        Bonjour Corine et grand merci pour votre réponse. …oui tous les médicaments ont des effets secondaires c’est certain. ….
        et les chimios encore plus !
        je sais combien Laurent Schwartz se donne à la recherche et est dévoué pour cette cause : lutte contre le cancer. ….et jen profite pour le remercier pour tout ce qu’il fait.
        bon courage à vous aussi Corine.
        oui un jour on vaincra !
        belle journée à vous aussi.
        Coco
        1. pierron /
          prenez connaissance des travaux d’André Gernez sur les maladies dégénératives , le cancer notamment, validés par l’inserm mais mis sous le boisseau depuis 1973 because les intérêts du système médico-étatique. En video sur youtube .

          pour ce qui concerne l utilisation de radio fréquences lire ce qui suit
          https://fr.wikipedia.org/wiki/Antoine_Priore
          c est du sérieux !

    2. malypaet /
      Si vous lisez tout simplement la fiche du médicament proveblue (ampoules avec 50mg pour intraveineuse, buvable aussi), vous avez cet avertissement:

      Insuffisance rénale : Le chlorure de méthylthioninium Proveblue doit être utilisé avec prudence chez les patients souffrant d’une insuffisance rénale modérée à grave, car les données disponibles sont limitées et le chlorure de méthylthioninium est principalement éliminé par les reins. Il peut être nécessaire d’utiliser des doses plus faibles (<1 mg/kg).

      Aussi un extrait du wiki:

      Les effets indésirables les plus courants sont les céphalées, les vomissements, la confusion, la dyspnée et l'hypertension artérielle. On peut observer plus rarement un syndrome sérotoninergique, une hémolyse ou une allergie.

      Donc prudence si insuffisance rénale, hypertension, …
      Divisez la dose par 10 et si les symptomes se poursuivent,
      alors ce produit n'est pas fait pour vous !

      Sur la fiche du médicament proveblue il y a une liste de cas où il faut éviter de prendre ce médicament, notez là et allez voir votre médecin pour contrôler que vous n'êtes pas concerné.

      1. coco /
        Merci beaucoup malypaet pour votre reponse.
        mon ami est passe a une gelule de BM par jour coupee en deux.
        que pensez vous des travaux du docteur Murzeau de bordeaux concernant cette « machine a ondes » inventee par un maçon italien qui tuerait les cellules cancereuses ?

        Bonne soiree a tous et bon courage.
        Coco

        1. pierron /
          j en prends 4 par jour en deux prises et je ne ressens aucun effet secondaire. Egalement du dmso : une cuillère à café deux fois par jour dans un grand verre de jus de grenade mélangé à du jus de cranberry. J ai suivi plusieurs voies de traitement : cétogène-Schwartz; Budwig; Pauling; dmso; BM; Metformine;

          résultat : cancer prostatique décelé en 2016. psa 7, gleason 6, tumeur 10mm +adénome de 65gr.
          2019 : psa 7 adenome 60 tumeur 12mm

          stabilité sur 3 ans de « surveillance active » avec traitements.
          je décide de me faire opérer il y a deux semaines par électroporation(traitement focal peu invasif) pour éviter incontinence et impuissance . Je connais très bien Warbug et Gernez depuis 10 ans !
          A suivre.

      2. CatherineMarcyprof /
        Bonjour,
        je poursuis toujours mes recherche sur le bleu de méthylène et je voudrais partager avec vous ce papier de l’Institut National de Santé du Québec qui montre une autre contre-indication: https://www.inspq.qc.ca/toxicologie-clinique/risques-associes-l-utilisation-du-bleu-de-methylene-chez-un-patient-consommant-un-medicament-ou-une-drogue-potentiel-serotoninergique
    3. Yuko /
      Bonjour,
      Effectivement tout médicament peut être dangereux.
      Je prends 4*par jour 75 mg de BM.
      Ayant une très légère insuffisance rénale je prends 5gouttes*3par jour de DMSO.avec le ClO2
      Là aussi ne pas dépasser les doses car ca devient également toxique.
      Certes c’est rien à côter des chemo mais les intoxications c’est pas marrant.
      Courage et bonne continuation,
      Yuko
      1. coco /
        Merci yuko pour votre reponse.
        Bon courage a vous aussi.
        coco
    4. Inoxydable /
      Bonjour coco. il me semble bien, si je lis l’article :
      Metabolic therapies inhibit tumor growth in vivo and in silico
      du précédent billet de la dernière publication du Dr SCHWARTZ et de ses collaborateurs, que la Metformine est toujours comprise dans son traitement sur les souris avec effet positif. Il doit certainement l’appliquer pour les essais normés en cours, ce qui veut dire pas de renseignements avant la fin des essais.
      Je pense que comme jusqu’à présent, c’est laissé à l’appréciation des patients avec les mise en garde qui s’impose comme celle-ci/
      Si vous ne lisez pas l’angliche, copier et collez dans Google traduction, paragraphe par paragraphe et copiez la traduction dans un autre dossier.
      Courage à tous.
      1. coco /
        Merci beaucoup.
        j’irai voir cet article.
        Bonne soiree a vous aussi
        Coco

Laisser un commentaire

:

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.