Comprendre une intolérance au gluten

 

Et si c’était plus simple qu’on ne le pense.

Il reste 7 commentaires Aller aux commentaires

  1. farid ziani /
    Commentaire sans lien avec le cancer.
    Mon père a fêté ses 84 printemps l’an passé.
    En mai 2018, ma mère a été tuée par un médicament « expérimental » qui ne fonctionnait que 3 mois pour le cancer du rein pour lequel il est déjà dans le commerce mais qu’on lui a fait tester après une rechute de cancer péritoine/ovaires (contre mon avis, elle est morte à l’hôpital, devant nous, comme noyée) pour Dieu seul sait quelle raison …

    En novembre dernier, mon père survit à un AVC et se retrouve paralysé de la moitié droite de son corps. Il ne peut plus se nourrir que de produits mixés et d’eau gélifié du fait de problèmes de déglutition. Dans ces conditions, je me dis que c’est le moment ou jamais de tester mon intuition sur lui : quand on ne peut plus vraiment mâcher, les pâtes et le pain perdent tout leur intérêt.

    L’état général de mon père, c’est son médecin qui en parle le mieux : il est enfermé dans un cercle vicieux où on trouve des TSH à 60, une fonction rénale diminuée, des problèmes de cœur (pacemaker), des globules rouges peu nombreux, du diabète… Son médecin nous dit souvent qu’il est costaud mais que s’il y a bien une chose qu’il ne comprend pas, c’est le niveau de ses TSH dont il nous disait qu’il lui faisait penser à un embouteillage inexplicable…

    Lire Laurent Schwartz m’a un peu appris à tendre l’oreille et j’ai trouvé des traces sur internet de gens que l’abandon du gluten avait aidés à résoudre ce problème, mais mon père n’était pas homme à se laisser dicter sa manière de vivre ou de manger avant son AVC…

    Nous voici donc 2 mois après son AVC : une analyse de ses TSH nous montre que leur niveau est passé des 50 à 60 habituels à un peu plus de 1, soit bien moins que les 4 maximum de la norme ! Il a meilleure mine, un meilleur teint et je ne doute pas un instant que c’est lié à une amélioration de sa fonction rénale que ces mêmes analyses montrent également (je soupçonne ses globules rouges de faire la fête). Pour ce qui est de son diabète, c’est tout aussi impressionnant.

    Au delà de l’intérêt personnel que je porte à cette question (si mon père a vraiment été mis à terre par le gluten à partir d’un certain âge, on peut facilement imaginer qu’il ne lui a pas fait du bien pendant toute sa vie alors comme je suis son fils…), je veux juste adresser un message aux lecteurs : le gluten est une saleté et arrêter d’en consommer quelques mois en cas de problème de santé ne vous tuera pas, c’est même peut-être le contraire.

  2. Klopfenstein /
    Jai essayé mais ca n a pas marché. Je pense que c’est plus compliqué que ça. La maladie reste une maladie…..
  3. Ben Abdallah /
    Mon père et mort d’un cancer du poumon avec métastases, il s’est baladée dans tout son corp et je pense que la chimiothérapie à accélérer sa mort, la chimio lui a bousillé ses reins…
  4. marlene boudreault /
    vous devriez vraiment lire le lire du dr. Jacqueline Lagacé , que vous avez d’ailleurs rencontré à Montréal , l’an dernier .
    2011: Comment j’ai vaincu la douleur par l’alimentation
    2012: en italien: alimentazione antidolore
    2016: Une alimentation ciblée pour préserver ou retrouver la santé de l’intestin: l’effet antidouleur de la diète hypotoxique.

    vos connaissances peuvent se rejoindre pour le grand bien de tous

  5. Inoxydable /
    Comme toujours, belle explication simple à comprendre. Merci docteur.
  6. Gettler Summa /
    Hi Lorenzo
    Cela est-t-il cohérent avec le fait que ce soit surtout la mie qui me ‘dérange’ plus ue la ‘croûte’ dans le pain? Ciao ciao bel abbronzato di aprile (io sempre a Zanzibar)

Laisser un commentaire

:

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.