La presse britannique dévoile le cas d’un homme atteint d’un grave cancer du cerveau qui s’est mis au régime cétogène. Une alimentation souvent mise en avant pour ses vertus anticancer.

Publié sur lanutrition.fr par Marie-Céline Jacquier – Mercredi 05 Octobre 2016

m_huitres-chaudes-parmesan-cetoDéveloppé en 1924 pour des patients épileptiques, le régime cétogène repose sur une alimentation pauvre en glucides (moins de 50 g par jour), riche en graisses, avec suffisamment de protéines. Il consiste donc à manger beaucoup de viande, produits laitiers, poison, oeufs, noix, et à éliminer pâtes, riz, sucre, gâteaux et biscuits. Les patients mangent surtout des quantités importantes de graisses, comme l’huile d’olive, le beurre, l’huile de coco,.

Efficace dans l’épilepsie, le régime cétogène est aussi probablement utile dans les maladies neurodégénératives comme Parkinson et Alzheimer.

Pour en savoir plus lire “Alzheimer – Et s’il y avait un traitement ?” par le Dr Michèle Serrand (lire un extrait ICI  >>)

Le régime cétogène restreint le glucose qui est une source d’énergie pour les cellules cancéreuses. Dans des conditions où l’organisme a peu de glucides à disposition, le foie produit des cétones à partir de graisses pour servir de carburant aux cellules. Les cétones sont utilisées par les cellules en bonne santé mais pas par les cellules cancéreuses qui ont besoin de glucose : le fait d’arrêter les glucides leur retire leur carburant. Le principe du régime cétogène est donc d’arrêter de nourrir les tumeurs, en fournissant à l’organisme des cétones comme source d’énergie alternative.
Voilà pourquoi de plus en plus de patients le testent comme le père de famille anglais dont nous allons parler.

Le récit du combat contre le cancer de Dave Bolton

Sur le site du DailyMail est décrit le cas d’un patient britannique, Dave Bolton, qui semblait en bonne santé quand il a fait une attaque violente en mai 2014. A l’hôpital, les médecins ont décelé une tumeur dans le lobe frontal du cerveau. Il a été opéré un mois plus tard pour en enlever le plus possible. Mais en juillet 2015, un scanner a montré que la tumeur était devenue un glioblastome multiformes, une des tumeurs les plus agressives connues des médecins, avec un faible taux de survie. Il a donc subi une nouvelle opération de neuf heures pour retirer le plus possible de tumeur.

Après son opération, Dave Bolton a suivi de la radiothérapie et de la chimiothérapie pendant six semaines, puis il a eu des traitements intensifs pendant six mois. Lorsque ces traitements se sont arrêtés en décembre 2015, il a commencé à suivre un régime cétogène. Son dernier scanner de juin 2016 montre qu’il lui reste peu de tumeur. Dave Bolton sait qu’il n’est pas guéri, mais espère vivre une dizaine d’années en maintenant la tumeur à cette taille grâce au régime cétogène.

Dave Bolton consomme 120 g de graisses par jour, 90 à 130 g de protéines et 20 g de glucides (provenant uniquement de fruits et de légumes). Il a décidé d’arrêter les glucides, le sucre et la plupart des fruits et légumes, et à la place de manger plus de viande, de produits laitiers et de graisses. Il affirme que son changement de régime, associé à la chimiothérapie, a permis de réduire sa tumeur.

Lire : “Le régime cétogène est encore trop peu connu des malades du cancer”

Dave Bolton dit aussi que le régime cétogène lui a donné plus d’énergie et que l’exercice régulier, le fait de rester calme et de prendre des compléments alimentaires l’aident également.

Ce patient fait partie d’une étude de faisabilité au Centre Walton sur les effets du régime cétogène sur des patients qui ont déjà fait de la chimiothérapie. Un porte-parole de ce centre a toutefois déclaré qu’il n’y avait pas de preuves pour l’instant qui suggèrent que le régime cétogène peut guérir les tumeurs du cerveau.

Régime cétogène, restriction calorique et cancer : les premiers éléments de preuves

Consommer moins de glucides et de calories pourrait aider à prévenir et contrôler le cancer, et augmenter l’efficacité des traitements classiques. C’est la conclusion de chercheurs chinois qui ont étudié les effets de la restriction calorique, du régime cétogène et du jeûne intermittent dans des modèles expérimentaux.

Lire : Une étude majeure prouve qu’on peut vivre plus longtemps en mangeant moins 

Dans un article paru dans la revue PLOS One, les scientifiques présentent une revue systématique d’articles portant sur l’association entre la restriction calorique, la diète cétogène, le jeûne intermittent et le cancer. 59 études ont été analysées. Dans cette analyse, 90,9 % des études montraient que la restriction calorique avait un rôle anticancer. Les auteurs signalent aussi qu’une méta-analyse sur la restriction calorique et les cancers du sein a montré que les souris restreintes en énergie développaient 55 % de cancers du sein en moins que les témoins.

Cependant, les études concernant le jeune intermittent ne permettaient pas de conclure quant à son rôle dans la prévention du cancer.

En revanche, le régime cétogène semblait efficace contre le cancer.

Pour aller plus loin, lire le livre du Pr Kämmerer Le régime cétogène contre le cancer (lire un extrait ICI  >>)

Sources

‘I fought cancer by quitting carbs’: Father with terminal brain tumour claims high-fat diet of meat and dairy is the reason he’s still alive. DailyMail Online. 24 août 2016.

Lv M, Zhu X, Wang H, Wang F, Guan W. Roles of Caloric Restriction, Ketogenic Diet and Intermittent Fasting during Initiation, Progression and Metastasis of Cancer in Animal Models: A Systematic Review and Meta-Analysis. PLoS One. 2014 Dec 11;9(12):e115147. doi: 10.1371/journal.pone.0115147. eCollection 2014.

%d blogueurs aiment cette page :