Erwan Bigan ingénieur physicien

Partagez Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someone

Erwan_BiganErwan Bigan ingénieur physicien, revient à la recherche après avoir consacré 20 ans de sa vie professionnelle à l’industrie. Il choisit un nouveau domaine de recherche, la biologie cellulaire. C’est à Polytechnique qu’il fait la connaissance de Laurent Schwartz avec qui il travaillera sur le cancer, à raison d’un jour par semaine, durant les trois années de préparation de sa thèse.

En décembre 2015 il soutient une thèse en biologie : Conditions minimales pour la croissance cellulaire.

Il reste 2 commentaires Aller aux commentaires

  1. Erwan Bigan /
    Bonjour Étienne,

    Je partage votre opinion que la physique pourrait apporter beaucoup.

    Jusqu’à présent, je me suis essentiellement attelé à relier les propriétés système de la cellule (temps de division, taille et forme) aux caractéristiques de ses briques élémentaires (cinétiques des réactions chimiques, caractéristiques physico-chimiques de la membrane).

    Comme vous le suggérez, il y a d’autres paramètres physiques (pression, état électro-statique, entre autres) qui peuvent jouer un rôle important dans le cancer. Un objectif est de comprendre dans quelle mesure les différentes caractéristiques du cancer (métabolisme modifié, pression augmentée) peuvent être couplées entre elles, ce qui pourrait pointer vers de nouvelles pistes de traitement.

    Bien cordialement,

    Erwan

    P.S.: Mes excuses pour cette réponse tardive, je n’avais pas été alerté sur la présence de votre post.

  2. Etienne /
    Serait-il possible d’établir un « périmètre algorithmique » qui définirait alors une cellule « saine ?
    Sa chimie, sa géométrie variable, sa fréquence vibratoire, sa relation à la gravite … et autres paramètres ou bornes à définir. (les outils de la physique son ici à mon sens sous exploités)

    Qui si on s’en éloignait pourrait alors donner un signal au praticien de placer l’évolution de la cellule sous surveillance. Et alors après analyse via un modèle et par retour statistique sur les expériences déjà menées donnerait un « traitement » métabolique (avec adjonction éventuelle d’autres appuis thérapeutiques) déjà pré-ajusté et efficient .

    Un simple lecteur assidu de la chose.

    Cordialement,

Laisser un commentaire

: