Chlorine dioxide as a possible adjunct to metabolic treatment

Read more

Il reste 29 commentaires Aller aux commentaires

  1. L Roux /
    Parkinson et mitochondries

    Bonjour,

    Suite à mon interrogation sur l’hypothèse d’une action possible de l’acide chloreux contre la dégradation des mitochondries neuronales, je vous tiens informé d’une toute première expérience personnelle.

    Tout d’abord, j’ai été secoué par le diagnostic du neurologue que j’ai consulté le 26 Avril confirmant «une ambiance indiscutablement parkinsonienne, donc maladie idiomatique débutante»…;

    J’ai entrepris de prendre (en sus du metabloc habituel, mais en supprimant bicarbonate et vitamine C) d’abord 1 puis 2 gouttes de chlorite toutes les 2 à 3 heures sur une courte période (semaine).
    Je l’ai fait sans trop savoir les effets positifs et observations que je pourrais en escompter.
    Pour des raisons d’emploi du temps non disponible, j’ai dû stopper au huitième jour, sur un état curieux d’assez grande fatigue (musculaire, notamment).
    Seul paramètre très corrélé à mon état : une hypotension permanente exceptionnelle (moins de 12/8, alors que je n’ai jamais connu de tension au repos à moins de 15/10…)
    Toutefois, une forme physique et morale correcte s’est rapidement rétablie depuis (en 48h). L’hypotension reste d’actualité.

    Pour être complet, je dois rajouter que depuis quelques mois mon bilan sanguin a montré un niveau faible de plaquettes (de 80.000, remontant lentement, aujourd’hui à 120.000). D’après mon médecin, c’est sans lien avec un symptôme parkinsonnien…

    Enfin, je suis par ailleurs soigné en orthoptie pour cause de diplopie (handicapante et rebelle), …dont le lien pourrait bien être neurologique…J’aimerais dès lors constater des progrès en disparition de ces symptômes oculaires.

    Si tout va bien, je pense consacrer la première quinzaine de Juin à une nouvelle série de traitement par HClO en espérant éprouver et pouvoir mieux mesurer objectivement son effet éventuel (bien qu’ avancant dans le brouillard, faute de marqueurs).

    La question que je me pose demeure «fais-je une connerie ?».
    S’y ajoutent des questions sur la compatibilité du traitement HCLO avec les anti-oxydants (dont l’acide lipoïque du metabloc, la vitamine C, etc) ?

    Merci d’avance de tout commentaire (utile pour un cobaye)
    Avec mes sincères salutations
    Lucien ROUX
    lroux19@yahoo.fr
    06 65 01 76 23

  2. Jean Robitaille /
    Normalement, il est impératif de cesser toute supplémentation en antioxydants lorsque l’on est sous traitement en dioxyde de chlore. Pourquoi me demanderez-vous? Le dioxyde de chlore tue les cellules tumorales par oxydation!!! Ainsi, il faut arrêter la vitamine C, la melatonine, les suppléments de concentré de canneberge, le sélénium, la CoQ10, la PQQ, l’hydroxycitrate et l’acide r-lipoique qui sont tous de puissants antioxydants. Donc, le traitement métabolique doit être suspendu pendant le traitement au dioxyde de chlore; autrement, l’effet de ces antioxydants sera annulé par l’effet oxydant du dioxyde!
    1. farid ziani /
      Je ne suis pas un expert alors pouvez-vous expliquer le lien entre baisse du PH intracellulaire et oxydation ?
      1. Jean Robitaille /
        Bonjour Farid,
        Voici une des explications théoriquement probable:

        Dans la mesure où ce sont les globules rouges qui transportent l’oxygène à travers le corps, et que celles-ci ne peuvent pas faire de distinction entre l’oxygène et le dioxyde de chlore, après avoir ingurgité une solution riche en ions dioxyde de chlore, les globules rouges deviennent très chargés négativement.

        Ensuite, lors de leur périple dans le corps, lorsque les globules rouges munis de l’ion dioxyde de chlore rencontrent des cellules tumorales qui ont tous un pH bas et une charge ionique positive, celles-ci sont immédiatement oxydées (et entrent donc en apoptose). Certes, au niveau empirique, si cette hypothèse tient la route, alors une inflammation rapide des sites tumoraux devraient être observée (en raison de la déformation moléculaire créant l’apoptose des cellules tumorales).

    2. Dichos /
      Ce que vous dites semble logique cependant le docteur Schwartz préconise la prise de dioxyde simultanément avec le traitement métabolique (si j’ai bien compris), il reste donc une zone obscure…
      1. Jean Robitaille /
        Bonjour Dichos,

        Je n’ai pas la prétention d’avoir les connaissances et la pratique du Dr. Schwartz en oncologie, car je ne suis qu’un professeur-chercheur à l’Université Laval (Québec, Canada), et ce, dans un domaine d’expertise malheureusement bien distant de l’oncologie (i.e., je suis un économètre-psychomètre expert en modélisation quantitative des comportements humains). Cependant, étant un scientifique de carrière affligé par un lymphome non-Hodgkinien indolent de type LLC depuis septembre 2017 (stade IV selon la classification de Rai), je m’intéresse de très près aux travaux du Dr, Schwartz et de son approche métabolique pour traiter le cancer.

        Cela étant dit, cette « bonification » du traitement métabolique via l’ajout d’un pro-oxydant comme le dioxyde de chlore (aussi connu sous le nom de MMS) m’apparaît assez surprenante sur le plan de sa complémentarité chimique avec l’hydroxycitrate de calcium et de l’acide r-lipoïque. J’imagine qu’il existe une explication logique à cet ajout d’un pro-oxydant au traitement métabolique, lequel, à l’origine, repose sur deux molécules constituant un compound super anti-oxydant visant à relancer une respiration cellulaire dite « saine » ou « quasi-normale ». J’ose espérer qu’un éclaircissement nous sera donné sous peu.

        Pour l’instant, en ce qui me concerne, j’ai amorcé depuis maintenant près d’une semaine le traitement au dioxyde de chlore. J’en suis à 5 gouttes aux deux heures sur un cycle complet de 24 heures (i.e., 60 gouttes quotidiennement). Bien que je continue mon régime cétogène, pour ne pas interférer avec l’effet oxydant du dioxyde, j’ai suspendu completement la prise d’anti-oxydants (et donc des deux molécules de base constituant le traitement métabolique).

        1. Dichos /
          Bonjour Jean,
          votre raisonnement me semble logique, d’ailleurs si l’on si l’on entreprend une radiothérapie il faut arrêter la prise d’antioxydants puisque le principe de ce traitement est comme poiur le dioxyde de chlore une hyper oxydation.
          Il serait intéressant que le docteur Schwartz nous apporte des éléments sur ce point mais seule une étude scientifique pourrait valider la bonne démarche…
  3. M Klopfenstein /
    Bonjour mon mari a un cancer de poumons métastasé et il est sous anticoagulants. Il est vraiment déconseillé de prendre du dioxide de chlore?
    Merci d’avance pour toute information
  4. RENAC /
    Bonjour

    j’ai assisté à la conférence du Dr Scwartz à St Amarin le 11 mars 2018 et pensais que les doses seraient indiquées dans son ouvrage mais ce n’est pas le cas pour le Chlore…Peut-on connaître la posologie exacte à prendre pour le Chlore ? et à quelle fréquence ?
    Merci d’avance
    Bien Cordialement
    Anne

  5. voltz francis /
    bonjour;

    quelqu’un a t ‘il utilisé le CL-O2 et selon quel protocole ( posologie) ?

    merci!

    francis

  6. farid ziani /
    Du coup, si on suit le raisonnement, on devrait constater une disjonction statistique de la maladie d’Alzheimer (PH-) et du cancer (PH+) par exemple non ? Retrouve-t-on dans les chiffres cette sous-représentation du cancer chez les malades d’Alzeimer ? A-t-on seulement regardé ? Et là je parle juste d’Alzheimer car si on suit la piste du PH, il existerait un tas de maladies « incompatibles » entre elles non ?
  7. Etienne /
    Concernant le dioxyde de chlore, le but est de rendre son « acidité » normale à la cellule afin de permettre une oxydation correcte et pouvoir reprendre une apoptose en temps voulu ?
    Si la mauvaise excrétion du CO2 est responsable de l’alcalinisation et donc favorise l’anabolisme, un apport forcé d’O2 en amont (hyperbare) n’aurait-il pas un effet comparable ?
    1. schwartz /
      la mitochondrie pompe des protons si le pH intracellulaire est alcalin ces protons ne reviendront pas vers la mitochondrie, elle aussi alcaline et il n’y aura pas de synthèse d’ATP. J’imagine que le dioxyde de chlore normalise le pH intracellulaire

      Laurent

      1. Chantal MARTOS /
        Bonjour Docteur,

        Je n’ai pas les posologies pour le CL-O2. Et je ne sais pas où le trouver.
        Pourriez-vous m’informer, svp? Est-ce que le traitement métabolique n’est plus suffisant? Je prends aussi des mégas-doses de vitamine C.

        J’avoue que je ne comprends rien à vos explications scientifiques. Ma demande est plus pragmatique.

        Etant atteinte d’un gliome diffus de bas grade de niveau 2, après avoir été opérée avec une chirurgie éveillée en 2014 par le Pr DUFFAU, et après avoir eu une chimio témodal 300 mg (faible mais difficilement supportée) durant 1 an (fin 2016-octobre 2017), j’avoue que le témoignage de Bernard me donne beaucoup d’espoir. D’où ma question.

        Je n’ai pas d’autre choix que la guérison. Je ne veux pas envisager autre chose.

        Je n’ai pas osé demander à l’oncologue de faire partie de vos tests, au vu de la réaction très négative qu’il a eue lorsque je lui ai parlé de l’alimentation cétogène. Dommage. L’évolution de ma maladie, compte-tenu de mon âge (bientôt 60 ans et découverte à 55 ans 1/2) étant assez atypique (diminution de 78% de la tumeur en complément d’une petite alimentation cétogène car je n’arrivais pas à manger gras en raison des nausées), peut-être que cela aurait été utile… Et surtout, dommage de ne pas être accompagnée en ce sens.
        J’ai refusé la poursuite de la chimio.
        En outre, j’ai fait le choix, sans le leur dire (ils se vexent trop vite) de l’alimentation cétogène et du traitement métabolique, auquel j’ai ajouté depuis peu des mégas-doses de vitamine C.

        En tout cas, merci de votre réponse.

        Chantal

        1. dejean /
          je ne sais comment fait Mr Schwartz mais vous trouverez des infos ici :
          https://micheldogna.fr/ion-dioxyde-de-chlore/
          Bon courage
          martine
        2. farid ziani /
          En fait l’effet Warburg à besoin d’un PH intracellulaire basic pour se produire/perpétuer.
          La mitochondrie, qui baigne dans cet environnement intracellulaire à par contre besoin d’un environnement acide pour fonctionner correctement.

          Une mitochondrie qui fonctionne correctement, c’est ce qui caractérise une cellule saine et la différencie d’une cellule cancéreuse.

          Pour ce qui est des produits que vous cherchez, Amazon répondra sans doute à vos attentes :
          https://www.amazon.fr/gp/aw/s/ref=nb_sb_noss?k=Chlorite+mms
          Ce que vous cherchez se présente sous la forme de 2 flacons pour le mélange. Il y a le choix.

          Pour la posologie, on peut trouver raisonnable de se baser sur ce qui a réussi aux 2 patients que Laurent Schwartz donnait en exemple dans un article qu’il avait réussi à faire publier mais dont je ne peux vous donner un lien tant l’ergonomie de mon téléphone ne me convient pas :

          Patient 1
          32 gouttes par jour
          86 micromoles de CLO2 par goutte

          Patient 2
          8 fois par jour, 344 micromoles de CLO2, ce qui revient à 4 gouttes à chaque fois, soit autant que le premier patient.

          Ce qui me semble essentiel pour la prise d’après tout ce que j’ai lu :
          1) Il faut augmenter les prises très progressivement pour éviter d’être découragé par les vomissements etc…
          2) Le patient 2 s’est mis à en prendre même la nuit en voyant que ses marqueurs recommençaient à augmenter, avec succès.

  8. Adrien Beaudoin /
    En effet ce produit pourrait affecter la coagulation. L’hydroxycitrate n’a pas d’effet sur la coagulation..
    Je ne suis pas un expert en médecine alternative mais je suis avec intérêt les travaux du Dr Schwartz
  9. Hilaire SAINT-JACQUES /
    Un site américain, cancertutor.com, dit qu’il ne faut pas utiliser le chlorine dioxide en même temps que des anticoagulants.
    Qu’est-ce que vous en pensez ?

    How to make chlorine dioxide
    https://www.cancertutor.com/make_cd/

  10. farid ziani /
    Une remarque à propos de l’hypochlorite de calcium : on en trouve très facilement sur le net avec une pureté de plus de 99 % mais que ce soit sur Amazon ou Ebay, impossible de se faire livrer en France…
  11. Housset /
    Je cherche un médecin traitant de. St Malo qui a soigné une dame
    atteinte d’un glioblastome avec le traitement métabolique du docteur Schwartz. J’ai une amie qui aimerait être
    suivi par ce médecin. Elle habite Rennes.
    C ‘était un témoignage vidéo de 2015 ou
    2016. Merci de votre aide.
    Cordialement.
    1. Chevalet /
      Bonjour,

      Doct Le Texier à St Malo.
      19 bd Chateaubriand
      35400 St Malo
      0299401968

      Crdlt

      1. RIO Jerome /
        Bonjour a vous, je dois d’urgence avoir un RDV en Bretagne avec un médecin comme le docteur Le Texier mais l’agenda de ce dernier rempli jusqu’en Octobre 2018. Connaissez-vous d’autre médecin sur Rennes, Vannes ou Nantes qui pourrait offrir les memes conseils ? Merci d’avance. Jerome RIO
  12. isabelle /
    Un premier patient, atteint d’un adénocarcinome métastatique du pancréas, a décidé, de son propre chef, de refuser une chimiothérapie, pour se traiter avec de l’acide lipoïque et de l’hydroxycitrate associés à la prise orale de dioxyde de chlore. Ses analyses de sang et ses examens radiologiques sont quasiment normalisés et, à 18 mois, la maladie est stable. Un autre patient, atteint d’un cancer de la prostate métastatique hormono-résistant a constaté une forte baisse de son taux de PSA ainsi qu’une amélioration de son état. Une analyse approfondie de la littérature montre que le mécanisme d’action du dioxyde de chlore est inconnu. Notre hypothèse (bien que non prouvée) est que le dioxyde de chlore contribue à l’acidification du PH alcalin des cellules cancéreuses.
  13. Dichos /
    Traduction automatique:

    Un premier patient atteint d’un adénocarcinome métastatique du pancréas a décidé, à lui seul, de refuser une chimiothérapie, mais de se traiter avec de l’acide de lek, de l’hydroxycitrate associé à l’ingestion orale de dioxyde de chlore. Ses tests de blond et ses examens radiologiques sont presque normalisés et la maladie est stable à 18 mois. Un autre patient atteint d’un cancer de la prostate métastatique résistant aux hormones a connu une forte baisse du taux de PSA ainsi qu’une amélioration de l’état médical. D’après une revue de littérature approfondie, le mécanisme d’action du dioxyde de chlore est inconnu. C’est notre hypothèse (quoique non prouvée) que le dioxyde de chlore se retrouve dans l’acidification des cellules tumorales du pH alcalin des cellules cancéreuses.

    1. dejean /
      information très intéressante :sous quelle forme peut on prendre le dioxyde de chlore? y a t il un labo qui le fournit qu’on puisse absorber per os? merci de votre réponse; m.dejean (0646382596)
      1. dosfin /
        Voir ce lien qui donne pas d’informations pratique sur l’usage du dioxyde de chlore.

        https://micheldogna.fr/ion-dioxyde-de-chlore/

  14. ORY /
    Peut-on avoir cet article en français dans le texte afin qu’il profite à un plus grand nombre ? Merci
  15. Adrien Beaudoin /
    la cellule cancéreuse subit de nombreuses transformations qui impliquent les mitochondries . Une partie des mitochondries se désagège ce qui fait que l’apport d’énergie provient en grande partie du métabolisme anaérobique. Une production d’acide lactique et une acidification du cytoplasme est attendue. L’addition d’une dioxide de chlore pourrait amplifier le phénomène d’acidification et de ce fait contribuer à la nécrose cellulaire. Je suis avec le plus grand intérêt les résultats du DR Schwartz .
    Adrien Beaudoin (ultrastructure et cytologie)

Laisser un commentaire

: