Témoignage – 49 ans, 1 cancer de la base de la langue et 22 semaines plus tard…

Partagez Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Début novembre 2016, un mal de gorge, « de type angine », m’indispose légèrement. Je pratique l’auto-médicamentation avec, dans un premier temps, une amélioration, puis, dans un second temps, des douleurs qui s’accentuent du côté droit.

Le samedi 12 novembre vers 9h, la douleur était devenue si intense et insupportable que j’ai composé le 15.

J’ai été dirigé vers un médecin de ville qui m’a rédigé une ordonnance avec des antibiotiques et des anti-inflammatoires. A midi, j’ai pris ma première dose de médicaments, je n’ai pas eu le temps de prendre la seconde …

Vers 21h30, une hémorragie de la sphère ORL me conduit aux urgences de l’Hôpital alsacien le plus proche de mon domicile.

L’urgentiste de garde n’est pas en mesure de m’aider, aussi il fait appel à l’interne ORL de garde.

Ce dernier refuse d’écouter mes indications, et diagnostic une hémorragie digestive ou une rupture de l’aorte ( !…!).

Je continue, avec véhémence, de lui indiquer que mon saignement provient de la gorge !

Il m’indique que c’est faux, que « je saigne du ventre ».

Je suis donc transféré dans la nuit (contre mon gré), dans le service d’hémorragie digestive avec la mention manuscrite « vomi du sang », ce qui est totalement faux puisque je n’ai fait que saigner abondement de la bouche, soit environ 1 litre.

Le lendemain, j’ai refusé les investigations digestives programmées et j’ai menacé, en l’absence de nouvel examen ORL, de quitter immédiatement l’établissement hospitalier. L’un des médecins titulaires du service a alors « fermement convié » l’interne ORL de refaire une nasofibroscopie.

L’interne en question, les poings et la mâchoire serrés réalise ce nouvel examen. « L’apprenti » constate que le problème se situe effectivement dans la cavité buccale.

Il fait appel, dès le lendemain, à son médecin sénior qui voit une masse ulcérée bourgeonnante à la base de la langue.

Les rendez-vous pour les différents examens ont été programmés sur les quatre semaines suivantes : bilan par imagerie IRM et TDM, radio, biopsie puis analyses, extraction dentaire, gastrotomie,….

Le 1er décembre 2016, le chirurgien ORL nous demande de la rencontrer urgemment afin de prendre connaissance du diagnostic.

Le même jour, en milieu d’après-midi, nous sommes face à face. Son visage est grave, je l’interromps rapidement et je lui demande de ne rien nous cacher et, le cas échéant, de me remettre une copie de toutes les analyses et comptes-rendus médicaux.

Le pronostic est sombre : carcinome épidermoïde peu différencié infiltrant la base de la langue à droite (23x25x43mm) avec de multiples adénopathies jugulo-carotidiennes bilatérales.

Classification de la tumeur maligne : T3 N2C M0

Un second avis, puis un troisième avis médical sont pris auprès de deux autres professeurs strasbourgeois. Leurs diagnostics est conforme au premier : c’est grave et inopérable, sauf à l’ablation de la langue, du larynx et du pharynx.

L’un des deux évoque une espérance de vie très courte et des soins palliatifs à brève échéance.

Je suis averti que :

  •  je dois maintenir mon poids,
  •  je ne pourrai bientôt plus parler, ni boire, ni manger (…),
  •  les effets secondaires de la chimio sont nombreux : perte d’audition, blocage des reins, fourmillements, etc…

Dès lors, mon épouse et moi avons averti nos proches de la situation puis nous avons « mis en ordre nos affaires afin de parer au pire » !

Lors de la biopsie de la tumeur, le 25 novembre 2016, il a été demandé par le chirurgien d’effectuer un test HPV.

Environ huit semaines plus tard, les résultats nous parviennent enfin, le test conclut à la « présence d’ADN HPV haut risque de type P16 », c’est-à-dire une affection à « papillomavirus ».

J’apprends donc par la même occasion, contrairement aux idées reçues, que cette maladie n’est pas réservée aux seules femmes.

Fin novembre 2016, j’ai pris attache auprès de mon homéopathe afin d’évoquer avec elle ce cancer.

Elle m’indique très rapidement qu’elle avait brièvement consulté un extrait d’un livre écrit par un certain « SCHWARTZ ». Selon elle, il évoquait des pistes intéressantes dans le traitement du cancer.

Le jour même, je me suis procuré l’ouvrage. Je l’ai lu, puis relu ! J’ai été immédiatement convaincu de la démonstration qui était faite et j’ai décidé de me lancer « dans l’aventure » du traitement métabolique.

Mon homéopathe a été d’accord pour m’y accompagner.

Mon médecin traitant, d’abord dubitatif quant à la méthode proposée, m’a également encouragé et aidé dans ma démarche.

Le chirurgien ORL, tout en acquiesçant à ma volonté de suivre ce qui précède, n’a pas été en mesure de m’aider officiellement en raison, très certainement, de l’ostracisme de ses collègues qui souhaitent que les protocoles soient scrupuleusement respectés.

J’ai également abordé les préconisations du Docteur Schwartz avec mon oncologue et mon radiothérapeute. Le premier n’a pas daigné écouté mes propos, le second a considéré que ma démarche était farfelue, dangereuse et qu’elle ne reposait sur aucun fondement scientifique. Enfin, selon lui, je risquais d’aggraver mon cas, que je n’étais pas un scientifique et que je devais me contenter des traitements proposés par l’hôpital, etc…

L’un des deux professeurs strasbourgeois que j’ai consultés a même considéré que la méthode « Schwartz » relevait du charlatanisme, que c’était inutile de m’engager dans cette voie compte tenu du degré de gravité du cancer et que je devais profiter du peu de temps qu’il me restait, notamment, pour boire et manger.

Début décembre, j’ai subi l’extraction de huit dents, puis de la pose d’une sonde de gastrostomie.

Le 28 décembre 2016, après trois semaines d’attente en raison de la cicatrisation des gencives, les hostilités thérapeutiques ont démarré, soit 3 séances de chimiothérapie (cisplatine) espacées de 22 jours et 35 séances de radiothérapie (entrecoupées de pauses lorsque l’appareil était en panne !).

Entouré de mes parents et enfants, de nos amis, et surtout de mon épouse, motivé plus que jamais pour gagner ce combat, j’ai suivi le traitement proposé par le Docteur Schwartz en y associant une alimentation cétogène.

S’agissant d’un cancer ORL, rien n’a été simple. Au fur et mesure que les séances de radiothérapie avançaient, je sentais que mon œsophage se refermait.

Ainsi, très rapidement, il m’a été impossible de parler, boire ou manger.

Ma bouche, ma gorge, ma trachée étaient en feu.

Durant cette période, j’ai consulté à trois reprises « un coupeur de feu » qui a été, à chacune des séances, d’une efficacité remarquable.

Ainsi, les douleurs dues ont brulures de la radiothérapie ont été soulagées.

Pour m’alimenter, l’hôpital et la structure santé d’accompagnement m’ont proposé des poches de nutrition qui provenaient des grandes industries agro-alimentaires et pharmaceutiques tels que Nestlé ou Nutricia (…).

Elles étaient, bien entendues, à base de glucides, ce qui allait à l’encontre de l’alimentation cétogène.

Lorsque je tentais d’aborder, avec les infirmières du service d’oncologie, la problématique des glucides et des cellules cancéreuses, ces dernières semblaient découvrir qu’il y avait un lien entre le cancer et le sucre !

Les internes du même service fuyaient mes questions ou m’indiquaient qu’il fallait minimiser l’impact des glucides dans le traitement du cancer.

Bref, munie d’un Thermomix, mon épouse m’a préparé pendant des semaines mes repas cétogènes qu’elle a liquéfiés (le diamètre de la sonde ne mesurait que 2 mm) afin que je puisse me les injecter directement dans l’estomac avec un bol et une seringue. La tâche était rude, écœurante et dégoûtante au point de devoir m’enfermer dans la salle de bains.

En raison de la chimiothérapie, les odeurs étaient insupportables, les vomissements devenaient quotidiens et ma perte de poids s’accentuait.

Malgré tous les efforts pour m’alimenter, je perdrais 500 à 700 grammes par jour.

J’ai découvert qu’un médicament, sous forme de poudre, existait et qu’il répondait parfaitement aux critères d’une alimentation cétogène par voie entérale.

Son nom : le « KETOCAL ».

Toutefois, nous sommes en France et rien n’est simple.

Pour la bonne compréhension de ce qui va suivre, quelques précisions sont nécessaires : ce médicament doit être prescrit, en France, par un neurologue. En effet, il est, en pratique, réservé aux enfants de moins de dix-huit ans qui souffrent, notamment, d’épilepsies sévères résistantes aux traitements de base.

Contactée par mes soins, la CPAM m’a opposé un refus de prise en charge et il m’a été indiqué qu’il était impossible de me le faire délivrer en pharmacie sans ordonnance. Pour information, la boîte, en France, est vendue, environ 65 €, à raison d’une boîte toute les 36 heures.

Aussi, j’ai décidé de me tourner vers la Belgique, où ce médicament est disponible, en vente libre au prix de 45 € la boîte (frais de port compris).

Ainsi, j’ai effectué les préparations à mon domicile et je me suis injecté « ce lait » via la sonde avec bol et seringue.

Au final, j’aurai tout de même perdu 22 kg en moins de 10 semaines.

À la mi-février, mes séances de chimio et radiothérapie se sont achevées.

Compte tenu des dépenses exorbitantes engagées (kétocal + Sodium R-Lipoate + Hydroxycitrate + curcumin + huile de foie de requin), j’ai dû me résoudre, malheureusement, à prendre durant quelques semaines les poches de nutrition proposées par l’hôpital, ce jusqu’à ce que je puisse reprendre une alimentation « normale ».

À la fin du traitement, l’incertitude quant aux résultats était grande.

Le scanner TDM de contrôle a été fixé au 25 avril 2017.

Même si le traitement hospitalier était terminé, les effets secondaires restaient bien présents : mucite, aphtes, nausées, brûlures etc…

Afin de juguler l’infection qui rongeait mes muqueuses, mon radiothérapeute m’a prescrit des flacons de Glyco – thymoline 55 qu’à ce jour j’utilise toujours (nous sommes mi-juillet 2017).

Le coût du flacon : 6.50 € à raison d’un flacon tous les 48 heures.

Remboursement de la CPAM : 0 € !.

Je n’ose pas aborder le coût des crèmes dermatologique, bien entendu, non-remboursées.

Vive le plan cancer qui garantit un accès aux soins équitable.

BREF, BREF, BREF : le 25 avril, j’ai passé mon scanner de contrôle, les résultats ont été communiqués aux médecins le 16 mai, soit trois semaines après l’examen.

Je osé faire part de mon mécontentement quant à ce délai que je considérais comme anormalement long, il m’a été indiqué que nous étions au mois de mai et que celui-ci était dans la norme !

Le 16 mai, je me suis rendu chez ma radiothérapeute qui m’avait fixé ce rendez-vous trois mois auparavant.

Là encore, nous sommes (ma femme et moi) hallucinés par la méthode employée.

En effet, c’est un interne de première année qui nous reçoit.

Je lui demande de voir le médecin titulaire, ce dernier me précise que celle-ci est présente mais qu’elle n’a pas de temps à me consacrer, qu’elle est occupée !

Par chance, l’interne savait lire (lol). Aussi, il a déroulé les différents paragraphes du compte-rendu qui indiquait, fort heureusement, que les images ne montraient plus aucune trace de la tumeur principale, ni des multiples adénopathies tumorales.

Toutefois, que ce serait-il passé si les résultats avaient été mauvais ?  Quels auraient été ses mots, ses propositions de traitement, son analyse, etc ?

12 novembre / 26 avril, soit 22 semaines, me voilà sur le chemin de la guérison / rémission (je ne connais pas le terme qui doit être employé) même si un scanner de contrôle me sera prescrit tous les trois mois durant deux ans.

12 juillet 2017, rendez-vous chez mon chirurgien ORL pour un examen manuel et une nasofibroscopie de contrôle… « tout va bien, rien à signaler » m’indique, avec grand plaisir, le chirurgien !

 

Pour être complet, je dois souligner les conditions détestables de chacune de mes hospitalisations.

En effet, outre un personnel soignant peu avenant à l’égard des patients, les locaux étaient exigus, sales et manquant singulièrement d’entretien.

A titre d’exemple, lors de l’une de mes hospitalisations, j’ai été mis dans une chambre dont le volet était cassé depuis plus de deux mois (selon le personnel soignant), un drap était suspendu 24/24h à la fenêtre, des traces indélébiles d’urine jonchaient le sol des wc /sdb, la potence servant à la pose des perfusions et autres médicaments était rouillée ainsi que les cadres de portes et de la fenêtre (j’ai encore plusieurs photographies de ces péripéties).

Concernant les médecins du centre hospitalier :

  • J’ai subi deux interventions chirurgicales (extraction dentaire et gastronomie), je n’ai jamais rencontré aucun des deux chirurgiens,
  • Je n’ai rencontré qu’une fois l’oncologue titulaire, ensuite les internes du service ont pris le relais,
  • Nonobstant son refus de me voir pour l’annonce des résultats du scanner de contrôle, le radiothérapeute m’a déçu en raison de son étroitesse d’esprit et de son conformisme aux protocoles,
  • Le chirurgien ORL a eu, tout au long du traitement, une attitude exemplaire. À ma demande, elle ne m’a rien caché, j’ai eu la copie de tous les résultats, elle a été pédagogue dans sa manière de nous annoncer, dès le début de la maladie, les différentes étapes. Elle a fait preuve d’empathie durant la maladie et, à l’annonce des résultats, elle a exalté !

 

Pour finir, nous remercions vivement le Docteur Schwartz des recherches accomplies, et du traitement proposé.

Aujourd’hui encore, je continue à prendre les mêmes doses que celles préconisées par le Docteur Schwartz, soit l’hydroxycitrate et l’acide alpha lipoïque auquel j’ai ajouté une gélule journalière de d’extrait de curcumin et une autre de gingembre.

En effet, rien n’est indiqué dans le livre à quel moment arrêter le traitement (quelqu’un peut-il m’aider ?).

Mon épouse et moi-même sommes persuadés que les rayons et la chimio n’auraient pas eu raison de ce cancer sans la prise des compléments alimentaires ci-dessus associés à une alimentation cétogène.

Désormais, je me bats encore… cette fois-ci contre le corps médical et ses turpitudes administratives afin de pouvoir reprendre, dès que possible, mon travail.

« la vie est belle »

Il reste 71 commentaires Aller aux commentaires

  1. PARIS /
    Bonsoir

    bonsoir

    j’aimerais discuter avec vous, mon frére a un cancer gorge

    il a eu 38 séances de rayons, il a eu sa dernière séance le 20 juin, il a toujours des effets secondaires, ne peut toujours pas boire, s »alimenter ni parle….il crache beaucoup

    mais je vous rejoins c’est un combat pour obtenir quelque choses

    merci de votre aide

    marilou

    1. Ghislain /
      Bonsoir,

      Difficile de vous répondre (…), le sujet est vaste.

      Pour atténuer les nombreux effets secondaires mon homéopathe m’a été d’une grande aide.

      Aujourd’hui encore, en sus des compléments alimentaires préconisés par le Docteur SCHWARTZ, mon homéopathe continue de me suivre afin d’éliminer les restes de la chimio.

      Néanmoins, mes glandes salivaires ne fonctionnent toujours pas (malgré 3 séances de kiné par semaine). Ma gorge et ma bouche me font énormément souffrir lorsque je mange. J’ai souvent la bouche en feu pour une simple épice, un verre de vin ou le mélange de plusieurs aliments.

      Les bons côtés : je vis, j’ai repris le chemin du bureau et de la salle de sport.

      Il est difficile pour moi de donner de véritable conseils à votre frère. De mon côté, les deux mois qui ont suivi la fin de la radiothérapie ont également été difficile. Les effets des rayons persistent, il doit s’accrocher !

      Toutefois, j’ai lu plusieurs ouvrages qui sont particulièrement intéressant :

      – le premier : CANCER – ACTEUR DE SON TRAITEMENT
      – le second : PALEO BIOTIQUE

      Bonne continuation,

      1. PARIS /
        Bonsoir

        Merci de votre réponse, nous sommes à 5 mois sans rayons et il y a toujours des effets secondaires il a toujours cette géne dans la gorge, parfois des douleurs sous morphine , et il peut toujours pas ouvrir la bouche il a eu les muscles de la mâchoire brulés. je vais voir pour les ouvrages mais je me vois pas lui offrir ce genre de livre. mon frére n’accepte pas le mot CANCER et il ne veut pas suivi psy

        encore merci de votre réponse

        1. Ghislain /
          Il faut effectivement lui ôter le mot cancer de son esprit et le remplacer par le mot « GUERISON »…

          Bonne continuation,

  2. dorioz /
    question
    la prise d’acide lipoique et d’hydroxycitrate est elle compatible avec une chimio a base de reogorafenib (cancer du colon metastasé)
    merci
    Jean
  3. Liliane Lucet /
    Bonjour Docteur,

    Mon cancer ayant été « guéri », j’ai cependant pris l’initiative de suivre votre protocole depuis 7 mois ,auquel j’ai associé le régime cétogène.
    Ma question: est-il possible de diminuer les doses du traitement métabolique, comme par exemple : 6 gèlules /j de chaque produit au lieu de 8.
    Egalement des interruptions ponctuelles sont-elles possibles.
    Avec mes remerciements et ma gratitude.
    Respectueusement

    Liliane Lucet

  4. Claude /
    Bonjour j’ai lu le livre maintenant ce commentaire je suis scotchée je suis aidé soignante et moi aussi je crois au lien maladie alimentation.j’ai une fille autiste qui mange que du sucré de coco et ou érable et dans sans gluten l’ait en un an elle a gagné 50 pour cent de bénéfices positifs donc vous malades revoyez votre mode de vie et alimentation et vous y gagnerez .merci à ce docteur !! Un miracle qu’on lui ai pas enlevé son diplôme en le faisant passer pour un fou..comme au pr joyeux.ecoutez vous moi on m’a dit que le sans gluten et lait était une légende alors que ma fille va mieux.
  5. Mouton Eric /
    Bonjour
    j’ ai 73 ans et suis soigné depuis 2009 d’un cancer de la prostate T3b
    Apres la chirurgie et la radiotherapie j’ai commencé à a avoir des metastases dés 2011 et on m’a mis sous Enantone Lp 11/25 et quand le PSA est remonté, on y a rajouté du Zytiga qui a été peu efficace ce qui a été confirmé par une scintigraphie montrant un accroissement très important des metastases
    Suite à cette analyse, J’ai commencé à prendre de L’Xtandi toujours parallèle avec L’Enantone
    Traitement très efficace car mon PSA est retombé et resté stable aux alentours de
    0,20
    Mais le Fin mai , le taux est remonté à 0,34 puis à 0,43 fin juin
    En accord avec mon oncologue, j’ai alors commencé le traitement métabolique décrit en page 121 en occultant la phase intraveineuse
    Fin Juillet, à la grande surprise de mon oncologue, le taux était revenu à 0,34
    Malheureusement, le 16 août il a recommencé à grimper à 0,43
    J’étais plein d’espoir et maintenant je ne sais plus quoi faire
    Que me conseillé vous ?
    Merci d’ avance pour votre réponse
    Cordialement
    1. Duval /
      Cessez de vous préoccuper, le problème n’est pas le cancer , mais la perception que l’on en a . Le cancer n’est pas à l’origine de la maladie, c’est la maladie qui est à l’origine du cancer . Je peux vous fournir un document que j’ai écrit suite à mon cancer.
      Les cellules cancéreuses ont muté pour tenter de nous sauver la vie, au lieu de leur tirer dessus avec de la chimie il faut leur donner la possibilité de s’exprimer, tout en travaillant sur la cause.
  6. Ahmed helifa /
    Bonjour Monsieur je suis très content pour vous et pour tous les malades qui souffrent (du cancer et du comportement de certaines personnes médicales ou paramédicales et administratives) mais heureusement il n’y a pas que les mauvais. Ils existent beaucoup de professionnels qui luttent pour faire leur boulot .Actuellement avec tous les problèmes de poursuites judiciaires contre les médecins qui n’appliquent pas les protocoles et les consensus ,les médecins ne sont pas libres dans leurs décisions que ce soit envers la tutelle ou envers les patients si ça se termine mal donc il y a une sorte de main liée qui inhibe toute initiative. mais cela n’empêche pas le bon accueil, l’hygiène des locaux et l’écoute de ces êtres humains qui souffrent tout en sachant que personne n’est à l’abri .je vous souhaite bon courage tout en saluant le Dr Schwartz ainsi que votre famille sans oublier le chirurgien ORL qui vous a accompagné. .
    1. Ghislain /
      Monsieur,

      Bientôt trente ans que j’exerce au sein du monde professionnel.

      Je ne me suis jamais contenté de mes acquis.

      J’ai toujours cherché à progresser, à étendre le champ de mes connaissances.

      Les professionnels de la santé que je vise ci-dessus devraient adhérer à ces principes.

      Des quelques personnes en charge du traitement de mon cancer, il y avait un oncologue sur le départ (quelques mois de la retraite) et une radiothérapeute en pleine force de l’âge (environ 35 ans).

      Le premier n’a pas daigné m’écouter, le second m’a traite de (…).

      Heureusement, le chir. ORL, l’homéopathe, le médecin traitant et un autre médecin qui figure désormais parmi mes amis m’ont, soit :
      – accompagnés dans mes démarches,
      – écouter.

      Les écrits du docteur SCHWARTZ m’ont confortés dans mes démarches.

      La « guerre » n’est pas finie, une première bataille est simplement gagnée.

      Je viens de démarrer, aujourd’hui, un nouveau livre écrit par les Docteurs DUMAS et MENAT (« CANCER, être acteur de son traitement ») – ils semblent appartenir à cette minorité de médecins qui osent s’engager !

      Merci de vos écrits.

    2. murzeau /
      Helas vous avez raison
      Docteur B. M. 64
  7. Guillas /
    vous pouvez me contacter
    geobio-logis@orange.fr
  8. miko /
    bonjours
    qui peut ‘en dire plus, m’expliquer la phrase:suivante:, avec mes remerçiements,(nb: j’ai les livres du Dr Swartz, mais ai des difficultés de concentration pour lecture)
    j’ai vu cette phrase envoyée part un internaute,,,,
    «  » » » » » »Le cancer n’est pas à l’origine de la maladie, c’est la maladie qui est à l’origine du cancer qui n’est qu’une manifestation des cellules qui pour survivre suite à un appauvrissement en nutriments et surtout oxygène vont par fermentation fonctionner en anaérobie. Quand on comprend cela on n’a plus peur du cancer , ce qui est très important » » » » » » » » » »
    1. Guillas /
      Je suis l’auteur de ce texte. Vous pouvez me joindre

      geobio-logis@orange.fr

  9. jerome /
    Bonjour,

    j’en profite pour poster un message pour le docteur Schwartz ( je ne sais pas si vous allez le temps de lire tous les messages).
    Ma maman qui a un glioblastome suit le traitement métabolique depuis Octobre 2016 en parallèle du protocole classique.
    Celui avait bien fonctionné sur les premiers mois avec une réduction de la tumeur de 30 pourcents.
    Depuis la dégradation de son état est de nouveau présente et elle perd en mobilité petit à petit malgré la prise de l’hydroxycitrate et de l’acide alpha lipoique + avastin.
    Elle ne peut suivre un régime cétogène trop dur à mettre en place à son age mais limite dans la mesure du possible les sucres.
    Y a t’il un autre complément à apporter à ce traitement ?

    merci pour votre aide et pour ce que vous faites pour les malades et bravo Ghislain pour tout le courage dont vous avez fait preuve !

  10. Sabine /
    Ton témoignage m’a fait revivre chaque étape de ce que tu as traversé. Chaque minute de ces semaines de calvaire sont encrées en toi et tu les restitues avec beaucoup de pudeur. Ta lutte, ton courage et Ta rage de vaincre ont eu raison de ce cancer. Je suis persuadée, tout comme toi que c’est grâce à tout ce que tu as mis en place en parallèle du traitement « classique » que tu es là aujourd’hui ! Mais combien sont capables de lutter ainsi contre le corps médical et les idées préconçues ? Tu es un survivant et j’admire ton courage et ta force. Tu nous as donné une sacrée leçon de vie et d’espoir. Je te fais un gros bisous mon petit frère
    1. Ghislain /
      Merci frangine.

      Comme je l’ai écrit, le soutien de mes proches a été déterminant.

      Par ailleurs, contrairement aux idées reçues, le travail (je dirais plus exactement le télétravail) a également été déterminant.

      Ainsi, je n’ai pas été 24h/24 au cœur de la maladie.

      J’ai ainsi partagé mes heures de vie entre épouse et famille, amis, travail et combat contrat la maladie.

      Je reste intimement convaincu que « la vie est belle » et que chaque épreuve est une chance.

  11. CLODE /
    bonsoir

    j ai eu un cancer de l amygdale t2 n0 m0
    mon orl m a annoncé la couleur en me jetant les resultats sur le bureau en me disant qu ils etaient pas bons j ai attendu 2 jours pour qu un oncologue me telephone et me propose un traitement
    8 chimio 5 cisplatine et deux carboplatine
    au bout d une semaine la tumeur avait disparue a 53 ans pas de cigarette et pas d alcool
    j e ne sais pas d ou est venue cette cochonnerie( test papillo negatifs)
    un an apres plusieurs scanners je serai gueri à 95%
    aucun conseil alimentaire rien que dale , j ai repris le sport , j ai arrété toute sucrerie,je prends de la bromelaine,shitake,sod, etc…;
    enfin j ai pu acheter le livre porteur d un immense espoir
    j ai eu au telephone le docteur SCHWARTZ. avec son exceptionnelle gentillesse il m a conseillé pour mon papa (colon grade4) touché aussi par cette cochonnerie
    ainsi j ai pris a titre preventif depuis 6 mois le traitement .
    pour mon papa apres 6 mois de traitement + chimio FU5 la tumeur du colon n a pas progressée par contre la tumeur au foie a diminuée de moitié et les petites metastases ont disparues ; il devient opérable selon son oncologue
    voila un peu notre histoire
    je voulais juste partager tout cela à cette occasion et vous encourager
    partageons nos experiences c est essentiel pour reussir à trouver le chemin de la guerison

    1. Ghislain /
      Merci de votre témoignage.

      Si nécessaire, je reste à votre disposition pour échanger sur nos retours d’expériences respectives.

      Cordialement,

  12. DARROUZES /
    Bonjour Monsieur,
    Vraiment quel courage !!!!!! Tous ces médecins (sauf quelque-uns dont le Dr SCHWARTZ) sont des robots…ils appliquent des protocoles. Je crois qu’ils ont oublié le serment d’Hippocrate..leur métier se réfugie derrière des protocoles et tant pis si le malade décède. Où est leur envie de guérir chaque personne ? En tout cas, Bravo pour votre combat.
    1. Ghislain /
      Merci.
    2. Ghislain /
      Effectivement, les médecins appartiennent à une certaine caste de sachant avec un ordre hiérarchique bien établi professeur, docteur, chirurgien, oncologue, radiothérapeute, généraliste, radiologue, etc….

      Nous, les malades, nous sommes des ignares, des dossiers, des passagers… bref, des personnes dans la détresse avec pour seul espoir, bien souvent, un miracle.

      Durant la maladie, j’ai souvent envié mon chien.

      En effet, lui, lors de chacune de ses visites chez le vétérinaire, il a droit au soin particulier du docteur « pour animaux » qui regroupe toutes les spécialités visées ci-dessus.

      Lors des consultations, l’interne reste en retrait, pose des questions, intervient à la demande du vétérinaire.

      Moi, à l’hôpital, j’ai vu des aides soignantes qui ne pouvaient m’administrer aucun antalgique, des infirmières débordées qui n’avaient de la faire, des internes en panne d’inspiration et des médecins qui étaient aux abonnés absents…

      Mon chien a plus de chance, son vétérinaire me parle, lui parle, il nous explique les traitements.

      Il est « un sachant » dans son domaine, mais il ne nous méprise pas pour autant.

      Dans une autre vie, j’espère me réincarner en chien et avoir la chance d’être suivi par un gentil et compétent vétérinaire.

    3. MURZEAU /
      tres tres bien vu
  13. Sandrine /
    Dr Schwartz
    Comment peux t on vous contacter svp ?
    Nous avons réellement besoin d aide et de conseils
    Nous habitons la région de Colmar
    Merci d avance
    Thierry et Sandrine y
  14. Sandrine /
    Bonjour
    Mon mari est atteint d un cancer des poumons (mutation alk)..il est traité avec xalkori depuis 05/16 et prends aussi acide alpha lipoique et hydroxycitrate…il se sent plutôt bien…
    Le taux ace était tombé a 10 en janvier…problème aujourd’hui il est remonté a 148 et son taux de triglycéride est monté a 4.31 alors qu il ne mange pas de sucre
    Pourriez vous nous aider quant au régime à suivre svp? Dr Schwartz si vous pourriez nous apporter votre aide svp
    Merci d avance de votre aide
    Sandrine et Thierry
  15. Samantha /
    Je suis dans votre cas. Cancer ORL et le protocole proposé est extrêmement lourd. Je ne me sens pas capable d’y survivre mais votre témoignage m’est très précieux. Merci ! Votre courage est exemplaire, le mien est très déficitaire, « Courage, fuyons ! »
    Je fais le régime cétogène depuis un an et un traitement métabolique. Hélas les 2 chimios ont eu raison du régime,ne pouvant avaler que des purées et une aversion du gras et de certains aliments qui perdure ! Je suis le régime à IG bas et reprendrai le cétogène quand je pourrai.
    Je négocie le protocole pour éviter le pire. Le kéfir et les noyaux d’abricot ont été rajoutés à mon régime et c’est top ! Je vous souhaite la guérison et vous envoie plein d’ondes positives.
    1. Ghislain /
      Madame,

      Avez-vous eu une gastronomie ?
      Dans l’affirmative, vous pouvez commander le Kétocal chez http://www.newpharma.fr/ et ainsi vous l’injecter vous même.

      Idem pour le gras.

      Bonne continuation – ne pas laisser la maladie prendre le dessus.

      1. Samantha /
        Non pas encore. Merci pour le tuyau !
  16. Liliane Lucet /
    Tous mes textes sont indiqués en erreur, comment répondre et communiquer mon expérience!
  17. Jean-Paul Mathieu /
    Et je m’inscris pour avoir des nouvelles.
    Merci, et salut fraternel.
  18. bourgue monique /
    pardon il faut bien lire grace( et non grave) au traitements autre que la chimio!!et ne pas prendre (pardon) tout les autres medocs anti hormonaux et autres, mais chacun est libre de ses choix. mais toute mes analyses etaient « bonnes » grave a l homeo et complement alimentaires et un peu de sport.
    1. Ghislain /
      J’ai également été suivi et soigné par mon homéopathe.

      Elle m’a aidé, à chacune des étapes, sur le plan moral, psychique et physiologique.

      Les granules m’ont aidé a limiter grandement les effets des traitements.

      A titre d’exemple, la chimio allait engendrer des picotements/douleurs aux extrémités des mains et des pieds.

      Les effets, une fois encrés, restent définitifs et sont invalidants.

      Il a suffit simplement de prendre tous les jours quelques granules de « nerfs » pour que les effets n’apparaissent jamais…

      Bon courage,

  19. Jean-Paul Mathieu /
    Je suis rongé de n’avoir pas su tout ceci début 2016, quand mon amie s’est vu diagnostiquer un cancer du poumon. Si nous avions su, nous aurions refusé les chimiothérapies, qui me l’ont tuée!
    Elle est partie, le 14 mars 2017, après une agonie de plus d’un an. Je hais les médecins qui n’ont d’abord rien vu: Alors que les radiologues signalaient, en septembre 2013 et 2014, une « opacité inquiétante », le généraliste concluait que ce n’était rien, et qu’il fallait arrêter de fumer…
    Et en début de pleurésie, en automne 2015, il préconisait un sirop expectorant.
    J’ai vu mon âme soeur se dégrader lentement, j’ai vu avec elle les effets d’une mort annoncée, je l’ai vue souffrir, sans pouvoir rien faire d’autre que regretter mon impuissance.
    Ce n’est pas le cancer qui l’a tuée, ma Lola. C’est la médecine, bardée de certitudes imbéciles.
    Honte sur eux. Je leur souhaite, vraiment, de subir les mêmes souffrances!
    Lola était artiste peintre, et m’a demandé, si je vendais ses tableaux, de verser la totalité des ventes au profit d’une organisation de lutte contre le cancer. Une association sert-elle d’intermédiaire avec le Dr Schwartz? Si oui, quelqu’un pourrait-il m’n faire connaître les coordonnées?
    Un jour, peut-être, quand mes larmes auront cédé le pas aux souvenirs aimants et émus, aurai-je le courage de raconter notre calvaire et sa mort. En attendant, je pleure son absence injuste, d’autant plus amèrement que maintenant, je sais qu’elle pourrait être encore là.
    1. schwartz /
      cher monsieur

      les regrets et les remords sont vite stériles. Nous aimerions tous réécrire l histoire. C’est que nous faisons. Bertrand a créé une association

      Laurent

      1. Jean-Paul Mathieu /
        Merci.
        Je vais chercher les coordonnées.
      2. Liliane Lucet /
        Comment rejoindre cette association docteur Schwartz?
        Avec mes remerciements et ma reconnaissance

        Liliane

      3. Sandrine /
        Bonsoir docteur Schwartz
        Mon mari est atteint d un cancer des poumons (mutation alk) il prend acide alpha lipoique et hydroxicitrate
        Depuis la chimio xalkori il a pris pas mal de poids…ne mange pas de sucre…le taux de cholestérol et les triglycerides ont beaucoup augmentés..lié à la chimio? Je suis perdue…ça peut paraître bête mais je ne sais plus comment bien faire pour préparer les repas…quoi manger…quoi ne pas manger…j ai tellement envie de l aider du mieux possible
        Pouvez-vous avoir la gentillesse de me contacter…afin de me guider svp?
        Merci
        Sandrine
  20. Rubin Sylvie /
    Bonjour,
    J’ai aussi posé la question , Quand arrêter le traitement Acide/Hydroxy et la réponse a été de le continuer même après les séances de chimio.
    Bon courage
    1. Ghislain /
      Mon chirurgien ORL m’a conseillé de les prendre durant les 6 mois après l’arrêt de la chimio.

      Merci et bon courage à vous également,

  21. Liliane Lucet /
    Bonjour Monsieur
    2012 opération carcinome base de langue, même virus HPV, opération, herbitux, radiothérapie.
    Tout va bien, jusqu’en juillet 2016, je fais l’impasse sur les déroulements qui suivent, et arrive à l’essentiel., même cancer qu’en 2012, mais il ne s’agit pas d’une récidive, car ce virus extrêmement agressif revient la plupart du temps.
    Savoir, selon mon chirurgien,que nous sommes pratiquement tous porteur de ce virus, mais que celui-ci se développe rarement.
    Dans mon cas toujours base de langue et intérieur du larynx. Verdict: laryngectomie totale le 26 septembre, suivie de radiothérapie.
    Pas envie de rentrer dans les détails, greffe, complications, longue hospitalisation, sans oublier sondes( au pluriel).
    Scanner et Irm d’avril, tout va bien. Mais l’intervention avait tout retiré, les rayons par sécurité au cas où des cellules se baladeraient.
    J’avais eu connaissances des recherches du Dr Schwartz depuis plus d’une année et suivais avec un grand intérêt ses publications. C’est donc tout naturellement que j’ai décidé dès la fin de la radiothérapie de suivre son traitement associé à un régime cétogène,ponctuellement je prends du curcuma, reishi, propolis, et autres.
    Cela depuis 5 mois. Je vais très bien, ai repris le jogging, enfin ma vie est redevenue normale, avec toutefois un handicap : trachéostome et apprentissage d’une nouvelle voix ( car il ne s’agit pas là de rééducation,mais de voix œsophagienne). On s’adapte, car oui la vie est belle.
    Ma chance en plus d’une famille très présente, une équipe médicale remarquable.
    ( pas informée de mes initiatives, pas envie d’entendre du négatif )
    Enfin je n’ai pratiquement jamais souffert( sauf d’un matelas défoncé!)et tout de même de soins souvent très pénibles, et de me voir imposer cette alimentation de poches bourrée de sucre! Comme vous, à beaucoup j’ai appris de quoi se nourrissait principalement la cellule cancéreuse. Ignorance impensable!!
    Alors comme vous, question: Doit-on poursuivre ce traitement lorsque tout va bien, quelques mois ?Plus?
    Pour ce qui est du régime cétogène, pas l’intention de l’arrêter.

    Votre témoignage est un cadeau. Merci
    Et surtout ma reconnaissance et admiration au Dr Laurent.Schwartz
    Bonne et belle route

  22. Murzeau /
    Hélas un exemple de plus de la prise en charge medicale actuelle en milieu hospitalier !
  23. Liliane Lucet /
    Histoire similaire, bien détaillée sur un précédent commentaire, mais ne parvenant pas à poster et finalement disparue de l’écran.
  24. Liliane Lucet /
    Bonjour,
    Touchée en plein coeur: même cancer. Opérée en 2012 base de la langue( même virus, pas si rare et dont nous sommes pratiquement tous porteurs, selon mon chirurgien, mais qui se développe rarement, sauf cas particulier, par ailleurs très agressif et pouvant atteindre les poumons, et ….revient souvent)
    Donc tout va bien jusqu’à juin 2016, scanner Irm parfaits. Sauf Paralysie d’une corde vocale, due pense-t-on à la radiothérapie de 2012
    Donc opération de cette corde vocale en août 2016, mais au moment de quitter l’hôpital., mauvaise nouvelle , une analyse de routine annonce un cancer bien dissimulé à l’intérieur du larynx,invisible aux examens précédents . On appelle ça : tumeur moquette.
    On parle de possibilité d’atteinte aux poumons et en ce cas: soins palliatifs .
    Mais les poumons n’étant pas touchés, opération fin septembre: laryngectomie totale, plus greffe…et complications à la suite.
    Une équipe médicale exceptionnelle, nous nous connaissons bien depuis 2012…
    J’avais depuis plus d’une année fait la connaissance via le net du Dr Schwartz, mais n’avais pas ressenti le besoin de suivre son protocole, étant alors très bien.
    Nouvelles séances de radiothérapie, faibles doses car déjà traitée en 2012,(fort heureusement pas tout à fait sur la même trajectoire.)
    Donc février 2017, fin des traitements et contrôles : IRM et scanners normaux en avril dernier.
    Mais: avertie des risques de récidives ou nouveau cancer lié à ce virus, dès février dernier j’ai entrepris le traitement du Dr Schwartz suivi du régime cetogène.
    Donc 5 mois que je suis scrupuleusement leurs recommandations, avec des compléments tels: curcuma, propolis, reishi et autres , en alternance.
    En parler à mes médecins? Pas encore, aucune envie d’entendre du négatif, j’ai tenté auprés de mon généraliste, aucune réaction….
    Peut-être n’ai-je plus besoin de suivre ce traitement, mais comment savoir?
    Trois mois d’hôpital, de sonde, enfin…non….Tout courage à ses limites.
    Et bien sûr je suis très désireuse d’échanger, d’unir nos témoignages, parler de nos recherches.
    Et plus que tout manifester ma reconnaissance, ( qui n’a pas besoin de superlatifs), mon admiration et mon immense respect pour le Dr Laurent Schwartz
  25. voltz francis /
    bonjour!
    je réponds au témoignage qui précéde.
    l’alimentation cétogéne est un probleme dés lors qu’il y a difficulté a déglutir notamment.
    il existe en Allemagne, pays qui nous dépasse largement en terme de traitement et d’alimentation cétogéne, un labo produisant des complements alimentaires venant en substitution de l’alimentation normale.
    il s’agit du labo TAVARLIN qui commercialise des KETO-DRINK .
    vous trouverez toutes les infos sur le site keto-drink.de ou tavarlin.de.
    toutes les pharmacies allemùendes le vendent.
    sinon, vous pouvez les acheter sur AMAZON.

    cordialement

    fr.voltz
    pharmacien

    1. Ghislain /
      Je vous remercie pour ces précieuses informations.
  26. denise /
    Bonjour aussi Mr.
    Votre témoignage en moi ce matin résonne particulièrement pour 2 raisons. La 1 ère est que vous apportez une réponse à la question que j’ai soumis ici par témoignage il y a quelques jours concernant l’alimentation cetogène en cas de chirurgie avec impossibilité de se nourrir pendant plusieurs jours. Je ne pourrai pas utiliser le ketocal en intra veineuse en lieu et place de la perf d’alimentation qui sera prévue, mais j’arrive à négocier de ne pas être alimentée 2 ou 3 jours , je pourrai prendre ce complément à la place de leurs purées et yaourts hyper glucidiques. De longues négociations s’annoncent. J’ai l’habitude depuis 3 ans.
    La deuxième chose qui résonne en moi c’est la manière parfois juste surréaliste avec laquelle nous sommes pris en charge, écoutés. Dès l’annonce et sans sourciller mon mari a été avec moi, pour trouver des médecines différentes, pour m’accompagner dans le régime, pour se transformer en aide soignant à plein temps quand les chimio me laissaient sans vie et vomissante, dans la préparation de l’après , en conscience, au cas où je mourrai. Merci d’avoir partagé votre expérience
    1. Ghislain /
      Madame,

      Avez-vous eu une gastronomie ?
      Dans l’affirmative, vous pouvez commander le Kétocal chez http://www.newpharma.fr/ et ainsi vous l’injecter vous même par la sonde.

      bon courage à vous,

  27. Guillas /
    J’ai vécu la même chose avec un cancer avancé aux poumons (incurable et inopérable pour la médecine d’école ) Compte tenu qu’il n’était pas question de me faire empoisonner par la chimio proposée, j’ai appliqué le traitement métabolique et surtout compris le mécanisme de la cancérisation, et il faut remonter à la cause et l’effet disparait. Un an après, j’ai retrouvé la santé et repris toutes mes activités.
    Le cancer n’est pas à l’origine de la maladie, c’est la maladie qui est à l’origine du cancer qui n’est qu’une manifestation des cellules qui pour survivre suite à un appauvrissement en nutriments et surtout oxygène vont par fermentation fonctionner en anaérobie. Quand on comprend cela on n’a plus peur du cancer , ce qui est très important.
    1. philippe /
      bonjour
      c’est très intéressant ce que vous dite
      mais comment faire pour trouver la cause ?
      1. Guillas /
        voir message plus bas.

        geobio-logis@orange.fr

      2. Duval /
        La cause est en nous dans la plupart des cancer (endogène) comme l’esprit crée la matière , à la force de se dénigrer, de culpabiliser d’être dans la peur et non la confiance, nous semons les graines du problème qui va se manifester dans le corps.
        Je vous conseille la lecture du livre  » Revenue guérie de l’au-delà » de
        Anita Moorjani
    2. jmess /
      Merci Guillas pour ce commentaire.Quelle lecture vous a mené à cette compréhension de la cancérisation? Votre synthèse est très compréhensible et donne envie d’en savoir plus. Merci de me guider vers cette compréhension et auto-prise en charge.
      1. Guillas /
        J’ai écrit un dossier sur le cancer: je suis militant en santé publique depuis 20 ans , et suite à cette théorie , j’ai eu un exercice pratique sur moi même.
        Tout ce que j’avais compris s’est avéré exact.
        Vous pouvez me joindre sur
        geobio-logis@orange.fr
    3. Ghislain /
      Monsieur,

      Je pense comme vous.

      Si je devais être touché par une récidive, je ne pense pas accepté une seconde cure de chimiothérapie sauf, si un oncologue accepte de m’administrer une chimio légère et adaptée comme le préconise le Docteur SCHWARTZ.

      Merci et bon courage à vous,

    4. miko /
      bonjours,
      pourriez vs m’expliquer: manifestation des cellules qui pour survivre suite à un appauvrissement en nutriments et surtout oxygène vont par fermentation fonctionner en anaérobie.
      plutot, que faire, et
      que proposer pour cancer du colon, metastasé, lorsque diagnostiqué, il reste peut de temps a vivre, et que le concerné deperi a petit feu, sous morphine. Sachant que si pad de chimio, la case cimetiere sera encore plus rapide. Merçi pour vos reponses, Sachant que ce cancer, une fois diagnostiqué, c’est donc « trop tard »,, et que la concerné ne , peut plus manger, ni avaler complement alimentaires miracles, Reste le « biberon » chimio, tous les 15 j, durant 2 jours, a domicile. et dans ce cas, la concerné ne peut qu’avaler la bouffe liquide du pharmaçien,, a defaut, disait elle, elle ne serait mème pas debout,,, Maintenant, elle a 2 poches pour recolté ses selles, et on prepare ses obsèques;. Cherchez l’erreur ! Cdlt, un spectateur impuissant voyant la concerné mourir lentemant devant ses yeux
      1. Ghislain /
        Malheureusement, je ne suis pas compétent pour vous répondre.

        Avez-vous essayer le « kétocal » ?

        Il est en vente libre en phamarcie – Belgique.

      2. Zohra M. /
        Aussi consternée que vous de voir qu’on lui administre de la chimio…
        Courage !
    5. MURZEAU /
      bien vu!
      Dr B.M.
  28. Catherine David-Marescot /
    Bonjour, merci pour votre récit. On a eu droit aux mêmes relations avec les médecins et Hopital… je n’ai pas eu votre courage de poursuivre le traitement, je me suis enfuie. Pour la durée du traitement j’ai posé la question au Dr Schwartz : il m’a dit  » à vie ! »
    On a montré une fragilité dans le fonctionnement de nos cellules donc c’est à vie. Je vous admire de reprendre le travail. Relisez le pavillon des cancéreux : rien n’a vraiment changé.
    Bon courage
    1. Ghislain /
      Merci et bon courage à vous.
  29. bourgue monique /
    bonjour monsieur
    quel courage vous avez eu!!
    c est vraiment une horreur de lire tout ceci !! ces médecins devraient etre condamnés a » non assistance a personne en danger .. de mourir »
    je vous souhaite du fond du coeur de vous rétablir au plus vite je félicite aussi votre femme
    je me suis aussi trouvé confronter a des medecins et oncologues qui ne veulent pas entendre parler de traitement autre que la chimio!! enfin moi c est pas grave (cancer du sein ) mais si je vais bien c est grave aussi au traitement swarch et un traitement homeopathique
    courage monsieur
    1. Ghislain /
      merci et bonne continuation à vous.
    2. Guillas /
      Si vous parlez de courage, c’est que vous n’avez pas pris conscience que la manifestation du cancer c’est à dire les cellules qui ont muté ne sont pas la maladie mais au contraire la solution appropriée choisie par le corps pour faire face à un déséquilibre. Par contre il faut beaucoup de courage pour accepter de se faire empoisonner par la chimio ou brûler par la radiothérapie.
      1. jmess /
        Guillas, merci pour mettre en évidence ce fonctionnement de la cancérisation. Pouvez-vous conseiller un livre ou un site où il serait possible d’en savoir plus.
        1. Guillas /
          Bonjour Vous pouvez me contacter sur mail
          geobio-logis@orange.fr
        2. Guillas /
          Livre  » Prenez soin de vous, n’attendez pas que d’autres le fassent à votre place » de J J Crévecoeur
  30. jmess /
    Très sincèrement Bravo et Merci pour ce témoignage qui ouvre des pistes de réflexion, apporte de l’espoir et donne le courage de s’en sortir… Tous mes meilleurs souhaits sur ce chemin de guérison.
    1. Ghislain /
      Merci.
  31. Zohra.M /
    J’admire votre courage !
    Par contre pourquoi « un scanner tous les 3 mois durant deux ans ?  » Avez-vous une idée sur les rayons induits par un scanner ?
    1. Ghislain /
      Le protocole « impose » un scanner tous les 3 mois durant deux ans et 1 tous les six mois durant les trois ans suivant.

      Le taux de récidive de ce cancer est important.

      Concernant les rayons, j’ai eu droit au maximum toléré.

      A priori, en cas de récidive, les rayons ne seront pas une option pour moi…

Laisser un commentaire

: