Survivre au cancer en phase terminale

Partagez Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

ben-williams En VO sous-titrée ! drapeau_france  drapeau-royaume-uni drapeau_italie drapeau_russe drapeau_pologne

Surviving Terminal Cancer from Indigo Rebel on Vimeo.

Ce film retrace l’histoire remarquable de Ben Williams, professeur émérite de psychologie expérimentale à l’Université de Californie, San Diego. Diagnostiqué en 1995 avec le cancer le plus mortel connu de la médecine, une tumeur cérébrale primaire appelée glioblastome, On lui donnait seulement quelques mois à vivre. Mais né franc-tireur naturel et scientifique rigoureux, Ben a décidé qu’il ne voudrait pas partir sans se battre. Dix-neuf ans plus tard, son histoire est une source d’inspiration pour les patients du monde entier, tandis que son affaire est rejetée par la communauté médicale comme étant juste une poignée de données statistiques aberrantes.

 Ce documentaire présente des preuves convaincantes, de médecins, d’organismes de réglementation et d’autres patients, qui suscitent des préoccupations quant à la validité et la base éthique de la recherche en oncologie, et les limitations résultant de la pratique clinique. Est-il possible qu’en tant que société, nous pourrions faire des progrès spectaculaires contre le cancer si nous avons réexaminé notre stratégie, plutôt que de suivre aveuglément un système qui n’a pas réussi à obtenir des résultats significatifs dans la plupart des cancers mortels depuis plus de quatre décennies? Avec un sujet aussi délicat et complexe, nous avons essayé de maintenir l’objectivité tout en posant des questions qui sont attendues depuis longtemps dans le domaine public.

Ce film a été financé en privé, après la mort d’un jeune membre de la famille pour le glioblastome. Nous avons décidé de faire le film disponible gratuitement afin que tous les patients atteints de cancer, quel que soit leur situation économique, puissent accéder à ce que nous ressentons être une information essentielle et à laquelle tout le monde devrait avoir accès au moment du diagnostic.

 
Si vous appréciez la libre disponibilité de ce film s’il vous plaît faites reconnaître nos efforts en partageant votre opinion en tant que patient, soignant, professionnel médical, chercheur, ou régulateur, sur la plate-forme de recherches orientée vers le patient, que nous avons créé pour essayer de parvenir à une plus grande collaboration entre les professionnels et patients pour offrir de meilleurs traitements pour tous les patients atteints de cancer:

www.anticanceralliance.com

Le film a été traduit en russe, italien, polonais, hébreu et français. La traduction en mandarin est actuellement en cours. Si vous souhaitez faire du bénévolat pour traduire le film dans d’autres langues, merci de nous contacter, notez qu’une maîtrise de la terminologie médicale est pré-requis de même que des compétences techniques dans les logiciels de création des fichiers SRT (sous-titres).

Il reste 21 commentaires Aller aux commentaires

  1. Tétaz /
    Est-il prévu un sous-titrage en français ?
    1. Guérir du Cancer / Auteur du Post
      En bas à droite de la fenêtre vidéo, cliquez sur CC et sélectionnez Français.
  2. Frédéric Abrial /
    quelqu’un sait comment etre prévenu d’un commentaire ou d’une réponse svp ?
    merci

    bon là malheureusement y’a personne ….

    1. Guérir du Cancer / Auteur du Post
      Désolé, notre site ne permet pas d’informer automatiquement l’auteur d’un commentaire chaque fois qu’il reçoit une réponse. Il faut régulièrement retourner sur l’article du site pour voir s’il y a du nouveau.
      1. Frédéric Abrial /
        ah ok , pas de soucis de toute façon j’y navigue souvent 🙂

        merci

        1. Guérir du Cancer / Auteur du Post
          Bonjour,
          Nous avons mis en place une fonction de notification par mail pour les nouveaux commentaires, il suffit de cocher la case :
          « M’avertir quand un nouveau commentaire est ajouté. »
          Vous recevrez un mail qui, par ailleurs, contiendra un lien pour vous désinscrire.
          Bien à vous.
  3. Frédéric Abrial /
    une dernière chose, je ne parle que de moi, mais aurais aimé parler au nom d’autres /de tous les malades, mon cas n’est malheureusement pas unique, mais nous devons absolument partager nos états et nos recherches, et nos contacts aussi, et nos et nos et nos ….etc …
    oui pourquoi pas le crowdfundding …

    fred

  4. Frédéric Abrial /
    qd je dis accepter la maladie, c’est devenir serin et continuer le combat , qui n’avait pas vraiment commençé avant les 6 mois qui ont suivi la chirurgie, car trop paumé …
  5. Frédéric Abrial /
    merci Zohra pour vos conseils 🙂 je n’ai peu etre pas employé les bon mots, aussi la tumeur a régressé comme je l’ai dit, je suis très positif, j’ai accépté ma maladie, et je profite de chaque jour comme avant, … enfin différemment, et je ressent même une forme de résilience , espérons que ça dure. Par compte je suis bien conscient de la gravité de la maladie et de son pronostic très sombre, de la probable inefficacité de la chimio au bout d’un certain temps, j’en suis à 15 mois, et il est vrai qu’à la lecture du livre de Ben Williams, je me suis fixé les même objectifs … les interactions existent ainsi que les effets secondaires et le terme « plus rien à perdre » est mal choisi peu etre, mais chercher à avoir un IRM clean comme B.Williams l’a fait me semble bien légitime
    Je n’ai de tte façon pas commencé ce cocktail car j’ai écouter le Docteur Schwartz, et ce n’est pas par désespoir qu’il m’est venu à l’idée ce mélange de médocs, c’est simplement suite à des recherches, trouver une solution, faire des essais sur moi meme 🙂 bien conscient que je ne suis que patient et n’y connait rien… Mais ma curiosité sur mon mal entretien ma positivité, c’est comme écrire ou bien vous lire, ça fait du bien 🙂 merci
  6. Zohra M. /
    En tant que malade je vous conseille de commencer par positiver et ne plus penser que « vous n’avez plus rien à perdre » . Vous risquez de passer à côté d’une stabilisation ou carrément une régression de la tumeur en ingurgitant des cocktails réellement explosifs ! Avez-vous pensé à l’interaction entre ces différents produits et aux effets secondaires ?
    Accrochez-vous !
  7. Frédéric Abrial /
    Finalement l’idée du cocktail médicamenteux de B.W tel celui que je vous avais montré lors de notre premier contact Laurent , n’est peu etre pas si mal ? j’avais déjà vu son film et lu son livre l’année dernière, et commencé à suivre le meme traitement que B.W, mais à l’aveuglette, en achetant les médocs sur internet… (metformine, chloroquine, tamoxifene, dca …
    Mais j’ai finalement arrété au bout d’une semaine, et rien pris de plus que le traitement métabolique, suite à votre conseil lors de notre rencontre
    J’avoue me poser toujours la question … Vous pensez que B.W prends trop de médocs ? n’est ce pas apparemment bénéfique de mélanger plusieurs
    médicaments ?
    Pour mon cas c’est la première fois que mon GBM diminue au dernier IRM, et je suis certain que c’est grâce à vous et votre traitement (je prend aussi de l’artemisine, curcuma, mushroom, huiles essentielles, geinstein, broswelia et régime céto), mais ne serait ce pas possible qu’il diminue plus vite en ajoutant quelque médicaments ? comme l’accutane, le tamoxifène, et d’autres . etc … Dans ma situation et celle de tte personne atteinte d’un GBM, on a plus rien à perdre cet évident … Mon commentaire est personnel bien-sur, mais j’ai pensé utile de le partager au lieu de vous écrire en MP Docteur
    F.Abrial
    1. Odre /
      Bonjour Frederic,

      Je viens de voir la vidéo, et le livre de B.W est commandé.
      Pouvez-vous me dire si finalement vous avez suivi des indications données dans le livre ou bien suivi les recommandations strictes du Dr S?

      Mon père n’a pas débuté encore la radiothérapie. Il suit un régime cétonique et prend acide lipoique + HCA aux posologies recommandées par Dr S.

      Mais je me dis pourquoi ne pas tenter de frapper fort dés le début? ne peut-on pas ajouter certains composants pour augmenter la destruction de ce GBM….

      Dans l’attente de votre expérience.

      Merci par avance.
      Audrey

  8. amat /
    Quel espoir pour les cancers des enfants ?
  9. schwartz /
    ce sont des gens qui sont purement empiriques. Ils n ont pas la grille de lecture métabolique. A mon avis ils en font trop.
    Laurent
  10. kouni /
    La lutte des différents malades présentés dans ce film, s’appuie sur des cocktails médicamenteux compliqués. Qu’en pense le Dr Schwartz qui préconise seulement 2 compléments alimentaires et le régime cétogène. Mon mari a été opéré récemment d’un glioblastome et suit donc le régime standard (radiothérapie et temodal).
  11. Lilia /
    Merci pour ce film.
    Il redonne de l’énergie pour continuer à se « battre » non seulement contre cette maladie, mais aussi contre un monde médical parfois si cloisonné. Je savais les médecins pris en otage par l’institution et toutes ses règles, mais j’ignorais à quel point.

    Oui ! Il semble que soit à nous, patients, de faire bouger les choses.
    L’idée de se rassembler ( malades, familles,…) et de manifester, comme l’ont fait les malades du SIDA, me tente énormément. Après tout nous somme en France et les manifestations sont légions, donc…

    Mais il serait bien aussi d’aider les médecins chercheurs et les médecines alternatives pour faire avancer les choses. La recherche à besoin d’argent, il est le « nerf de la guerre ». Alors pourquoi ne pas donner pour la recherche alternatives?

    Allez ! L’union fait la force.

  12. Zohra M. /
    La solution ? C’est aux malades d’apprendre à dire non à cet ordre établi ! La peur de la maladie doit céder la place à la lucidité.
    C’est aussi ce que définit Dr Ghislaine Lanctôt, (médecin canadienne, auteure en 1994 de  » La mafia médicale » ) comme étant « la souveraineté individuelle » , min17:54 dans cette excellente vidéo que je conseille à tous d’écouter.

  13. laurent schwartz /
    c’est la meme démarche que la notre. Ce sont les patients qui bougent.
    Dallas Buyers Club
    a tous
    Laurent
    1. Laurent /
      Bonsoir Laurent
      J’aurais bien voulu suivre vos conseils pour ma compagne mais elle n’avalait quasiment plus rien, donc difficile de trouver une alternative type patchs ou intraveineuse.
      AU bout de six semaines elle est partie, j’avais pourtant essayer de trouver des solutions.
      Ce n’est pas si simple et il faut avoir du temps., mais quand le prof vous dit qu’il reste peu de temps. ……..et impossible de les faire sortir de leur protocoles.
      Elle est partie deux jours après la dernière séance de radiotherapie qui a affaibli ses intestins. elle avait une tumeur au foie + sur la 3ème et 4ème vertèbre et metastases péritoine.
      Quand une personne rejette l’alimentation quelle solution ?
      J’adhère à ce que vous faites mais il faut faire attention à ne pas trop faire miroiter la guérison parce que si c’est pour vivre en repis pas facile à accepter.
      1. laurent schwartz /
        monsieur,
        j entends vos questions. je n’y ai pas de réponse satisfaisante

        Laurent

        1. Hélène /
          Bonjour Docteur Schwartz,

          Ma maman est atteinte d’un cancer du poumon métastasé au cerveau, et je lui donne depuis quelques jours de l’hydroxycitrate et du Sodium R-Lipoate, cependant j’ai des doutes sur la posologie car je ne souhaite pas surdoser ni sous-doser mais je ne peux pas non plus diviser les gélules… Pouvez-vous m’aider s’il vous plaît ?
          Je lui donne donc 5 gélules (1 le matin, 2 le midi, 2 le soir) par jour de https://www.amazon.fr/dp/B00ZCBET4A/ref=pe_386181_51767671_TE_dp_i1 (891 mg d’acide hydroxycitrique pour 3 gélules)
          et bien sûr 5 gélules (3 le matin, 2 le soir) par jour de Sodium R-Lipoate mais pour ce dernier le compte « tombe juste ».
          D’autre part, j’ai deux craintes par rapport au METABLOC dans le cas de ma maman :
          1/ elle a déjà perdu beaucoup de poids et n’a pas d’appétit
          2/ ne risque-t-elle pas une crise d’épilepsie malgré le fait qu’elle prenne du Medrol et du Keppra ?

          J’aurais voulu venir vous consulter à Paris, malheureusement ma maman est « bloquée » près de Montpellier car elle est trop faible… Aussi je tente ma chance par Internet.

          Merci beaucoup pour ce que vous faites pour faire avancer les choses.

          Hélène

Laisser un commentaire

: