Mise à jour du témoignage de Zohra

Partagez Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Cet article relate une expérience personnelle, il ne doit en aucun cas être pris comme exemple, sans un avis et un suivi médical, chaque cas étant différent.

Juillet 2016.temoignage zohra

Un an déjà !

Serai-je prise pour une demeurée si je souhaitais un joyeux anniversaire à mon cancer ?

Certainement, tant ce terme est synonyme de tragédies, souffrances et surtout de mort.

Ceux qui ont lu mon témoignage précèdent auront compris que dès l’annonce du diagnostic, j’ai préféré opter pour l’espoir et la vie et surtout être l’actrice de mon traitement.

Alors, quel bilan tirer de cette année, l’une des plus passionnantes de ma vie ?

Je commencerai par le constat le plus important à mes yeux, cette harmonie qui s’est enracinée entre mon corps, mon intellect et fort certainement aussi avec mon inconscient. Mes conceptions philosophiques et mes valeurs personnelles n’ont pas changé mais une nouvelle manière d’appréhender les difficultés m’a permis de gouter à une sérénité et une qualité de vie jamais ressentie auparavant. Indéniablement, l’instant présent et le temps qui passe ont acquis une autre signification.

Evidemment, comme tous ceux qui se retrouvent un jour embarqués dans ce périple médical, je ne cesse de m’informer quotidiennement, avec avidité et curiosité, sur tous ces éléments étroitement liés que sont le cancer, l’alimentation, l’environnement et les modes de vies.

 C’est ainsi que de nouveaux termes ont fait irruption dans mon lexique : mitochondrie, télomères, cétone, molécules, apoptose, hormonodépendant, cycle de Krebs et tant d’autres.

Mes nouvelles découvertes m’ont permis, par exemple, de saisir l’importance de la vitamine D. Du coup, je ne suis plus réticente aux caresses des rayons du soleil !

Par contre, je traque les métaux lourds, les adjuvants et tous les perturbateurs endocriniens partout où ils se cachent dans les produits de consommation.

Le cancer m’a donné l’opportunité de goûter à l’un des plus grands bonheurs qu’est l’amitié. Contrairement à beaucoup de malades qui se retrouvent seuls en de pareilles circonstances, j’en arrive souvent à être débordée par les appels téléphoniques, les e-mels et les visites de personnes que je n’aurais jamais connues si je n’avais pas eu cette maladie.

Et quels moments magiques que de pouvoir inviter à sa table des personnes impliquées dans la recherche, la nutrition, la santé, ou l’édition et des malades et que les échanges jusque-là virtuels cèdent la place à des échanges réels !

Durant les mois écoulés, j’ai tissé beaucoup de liens d’amitiés sincères avec des personnes d’horizons très différents, toutes convaincues qu’il faut faire bouger les choses, sortir des conventions et appréhender autrement la santé.

Je continue à prendre des nouvelles de plusieurs malades et à les réconforter. Je conçois cela comme un devoir humain avant tout.

Mes très nombreuses lectures et l’écoute de plusieurs conférences de chercheurs me confortent dans l’idée que j’ai fait le bon choix en refusant le traitement conventionnel. Mais cela ne signifie nullement que c’est aussi valable pour d’autres malades. A chacun(e) son cancer et ses réactions. J’ai fait le choix de la chirurgie et du traitement métabolique et je ne le regretterai jamais.

Aujourd’hui, les personnes que je rencontre ont du mal à croire que j’ai été opérée d’un cancer agressif. Elles pensent tout simplement à une blague.

Normal, le mien n’a à aucun moment été accompagné de tristesse ou de désarroi. Bien au contraire, le rire ne m’a jamais quittée !

C’est terrible de l’affirmer ainsi sous cet angle désinvolte vu le nombre de malades qui en souffrent, ainsi que leurs familles, sans compter ceux qui ont perdu un proche et auxquels une telle perception de cette maladie peut paraitre brutale ou même irresponsable.

Mais n’est-ce pas une lapalissade que d’affirmer, que le fait de céder à la panique complique la maladie et éloigne aussi toute perspective de guérison ?

Mais plus grave encore, cet affolement dépossédant le malade de tout esprit critique, le rend résigné face à toute injonction hâtive d’un traitement qui ne lui est peut-être pas bénéfique ou carrément hasardeux.

On m’avait bien donné deux mois avant une récidive sûre et certaine si je ne commençais pas très vite une chimio ! Sauf que j’ai résisté et que ma récidive n’a toujours pas pointé le bout de son nez !

Certes, des douleurs résiduelles de l’opération, qu’on appelle gentiment « fantômes » accompagnent mes journées. Et comme elles se sont installées dans la durée, je les traite par le mépris et l’activité physique.

Du fait de leurs effets secondaires trop invalidants le matin au réveil, j’ai dû abandonner les antiaromatase en attendant qu’on me prescrive prochainement un autre traitement antihormonal.

Le régime sans sucres, l’activité physique quotidienne et la prise de Métabloc m’ont permis de perdre 16 kilos en 7 mois. J’ai du coup retrouvé la silhouette de mes vingt ans. Et contrairement, à un certain imaginaire assez répandu, je signalerai que se priver de sucreries n’a rien de traumatisant et que le bénéfice à la fois obtenu et ressenti fait qu’on regrette de ne pas avoir pris cette initiative plus tôt.

Et aussi étonnant que cela puisse paraitre, l’exclamation qui me parvient le plus ces derniers mois est celle-ci « Mais comment as-tu fait pour rajeunir ? » A laquelle je réponds toujours par « Il faut d’abord avoir le cancer puis prendre le traitement métabolique du Dr Schwartz ! » Ni chirurgie esthétique ni botox, la potion magique !

Si je considère cette année passée comme l’une des plus passionnantes de ma vie, c’est parce que le cancer m’a permis de découvrir les richesses morales les souffrances et l’humanisme d’un monde qui me paraissait si lointain, celui des lanceurs d’alerte, qu’ils soient médecins-chercheurs, biologistes, nutritionnistes ou journalistes.

Prévenants, humbles et rebelles, ils vivent sous une tension permanente sans jamais capituler.

J’admire leur courage et leur témérité dans ce monde qui a perdu la raison, happé par la violence et la cupidité d’entreprises voraces.

J’ai moi-même eu des échanges assez tendus avec des pseudo médecins-chercheurs qui rejettent l’idée d’un traitement autre que le classique auquel ils ajoutent sans remettre leurs pratiques en question, de « nouvelles molécules » au prix faramineux, non dénuées de dangerosité et dont le bénéfice n’a été démontré que dans des publications douteuses à la solde de big pharma.

 Comme de partout, le monde de la médecine n’est malheureusement pas dénué de violence, de médiocrité ou de calculs mesquins.

J’estime pour ma part que Dr Laurent Schwartz fait partie du cercle des lanceurs d’alerte, que son traitement Métabloc est très prometteur et que par conséquent, aussi bien les autorités publiques que les malades et leurs proches mais aussi ses collègues médecins, devraient lui apporter leur soutien tant moral que matériel. Il aura ainsi l’opportunité de poursuivre ses recherches sur la voie qu’avait commencé à tracer Otto Warburg et de pouvoir guérir enfin des malades désemparés d’une maladie qu’on croyait incurable.

Il reste 34 commentaires Aller aux commentaires

  1. Eunice Mérisier /
    Merci Zorah pour ce vibrant témoignage. Très inspirant! Où peut-on trouver le Metabloc? Vous devriez écrire un livre si ce n’est déjà fait. Que Dieu continue à vous bénir et continuez à être en bénédiction à d’autres par votre témoignage et votre exemple. Bien à vous. Eunice
  2. durany /
    bonjour

    je voudrais avoir de vos nouvelles comment allez vous aujourd’hui

  3. Claudine /
    Je souhaite apporter les informations suivantes aux personnes intéressées. Le Dr Schwartz ne consulte plus effectivement. Cependant à la clinique Labrouste à Paris, il a un confrère oncologue qui connait ce traitement métabolique et qui pourrait vous le prescrire ou vous conseiller. Il s’agit du Dr Aveytian.
    Cordialement,
    1. Laurent Schwartz /
      désole mais je continue a guider les patients L Schwartz
      1. Kissira /
        A l’aide , guidez moi

        J’ai un parent atteint d’une tumeur de 1.5cm de diamètre à la tête du pancréas, avec jaunisse. Une intervention chirurgicale n’est pas possible, c’est ce qu’à dit le chirurgien. La chimio, le malade n’en veut pas. Nous vivons en cote d’ivoire. Nous venons de découvrir ce site et nous allons nous procurer votre livre sur le régime cetogene, et le traitement métabolique Merci d’avance

      2. DI SOPRA Françoise /
        Bonjour, j’habite en Alsace et je souhaiterais savoir si une consultation était possible avec vous-même ou un confrère oncologuesi possible, dans ma région, qui pratiquerait comme vous. Actuellement, je suis suivi par le service d’oncologie de Colmar pour un cancer du sein Her2+++ et dans l’attente d’une opération du sein prévu le 5 avril prochain. J’ai eu pour l’instant une chimiothérapie : taxotère, herceptin et perjeta et le pet scann est bon. Ils veulent m’opérer car j’ai un comedocarcinome de haut grade. Merci beaucoup pour votre aide car je doute beaucoup par rapport à l’opération.
        1. Alex /
          Bonjour,
          Comment allez vous aujourd’hui ?
          J’ai moi même un cancer her2+++
          Est ce que l’opération s’est bien passée ?
  4. Kapp /
    Bonjour Madame
    Je vous adresse un appel au secours
    Mon mari est atteint depuis 1 an d’une tumeur  »
    Depuis lundi ,le médecin nous annonce la fin
    Nous essayons de trouver un moyen de ne pas vivre cette fin annoncée
    Nous avons cru comprendre que vous aviez pu avoir un rendez vous avec le docteur Schwartz Laurent
    Est il possible d.obtenir de votre part ses coordonnés ?
    Je vous remercie de tout mon cœur Françoise K
    1. Yan /
      Bonjour,
      J’espère qu’il n’est pas trop tard, il paraitrait que le mélange bromelaine, vitamine C liposomale et écorce de lapacho serait hyper efficace contre les tumeurs.
      http://www.alternativesante.fr/cancer/la-bromelaine-contre-les-tumeurs
      Bon courage.
  5. joelle /
    Bonjour

    Comment prendre rendez-vous avec le docteur Schwartz ?

    C’est quand même curieux d’écrire des livres avec des protocoles médicaux et de ne pas pouvoir avoir un rendez-vous médical avec ce docteur…
    S’il travaille en clinique ou hôpital, ou en cabinet, cela n’a rien de confidentiel de donner ici ses coordonnées.

    Merci

    1. Val /
      Bonjour, mon épouse vient de guérir de son Cancer de la vessie, a l’aide d’un protocole simple, que vous pourrez vous procurer (pharmacie et herboristerie), si cette information vous intéresse vous pouvez me contacter par mail
      Jmvauteurcompo@aol.com (NB: je n’ai rien à vendre).
      Cdt Jm
  6. Hicham /
    Bonjour,

    Vos témoignages très pertinents. Nous avons chacun des expériences différentes et des informations différentes sur les traitements alternatifs.
    J’ai étudié au travers de plusieurs études et récemment confirmées par des chercheurs de renom ( Lewis Cantley ) que la vitamine C à haute dose en intraveineuse avait un effet sur les cellules cancéreuses et diminuerait la taille et la croissance des tumeurs. Je pense que ca coincide vraiment avec le rôle du glucose.

  7. Zohra M. /
    Merci Samantha pour ce précieux témoignage et pour vos tendres pensées.Je suis sûre que vous êtes sur la bonne voie. Surtout gardez le moral.Et comme vous le dites si bien, il faut rester vigilant(e) et discipliné(e).
    A mon tour de vous souhaiter la guérison totale ! Un bisou à votre fille.
  8. Samantha /
    Chère Zohra, Votre témoignage (le premier) m’a beaucoup interpelée. C’est ma fille qui m’a envoyé le lien avec ce commentaire : « On dirait toi ! »
    Outre la personnalité et la profession, nous sommes aussi très proches de part notre expérience du cancer.
    J’ai vécu la même expérience que vous avec un cancer ORL et j’ai refusé toutes les thérapies traditionnelles. J’ai bien fait, indéniablement ! Les effets secondaires m’auraient détruites. Ceci dit j’ai récidivé au bout de trois ans.
    Je n’ai pas fait le traitement de Laurent Schwartz même si j’avais entendu parler de lui. J’ai fait le traitement de Vernes avec mon oncologue dissident et des perf destinées à renforcer les défenses immunitaires. J’ai aussi fait le Pro Immun test en Allemagne pour déterminer mes intolérances alimentaires ce qui m’a permis de virer des aliments qui m’empoisonnaient chaque jour. Personne ne sait plus que moi à quel point chaque cas de cancer est différent. Tant de paramètres entrent en jeu. Pour moi c’est le papillomavirus qui mène la danse depuis 1992 avec un premier cancer de l’utérus, puis une récidive en 1996 en pire. J’avais subi à l’époque une curithérapie et échappé à la chimio. Mais en ce temps là, on essayait encore de soigner les gens sans les détruire pour faire du profit sur leur dos.
    Malgré mon hygiène de vie exemplaire, le crabe est revenu dans la gorge 17 ans plus tard. Il a « migré » m’ont-ils dit. Après avoir refusé chimio et radiothérapie, j ‘ai eu 3 ans de répit. Pensant que j’avais vaincu, j’ai relâché l’attention et le régime low-carb que je suivais sur les conseil du médecin. Erreur fatale ! Une grosse tumeur s’est développée à la base du cou. J’ai perdu beaucoup de temps à chercher et attendre qu’un chirurgien accepte de m’enlever cette horreur sans toucher à la chaîne ganglionnaire et brûler le tout en suivant. Impossible ! Je n’avais pas encore compris qu’il me faudrait chercher ailleurs. Devenue inopérable car désormais fixée à la jugulaire, la tumeur a commencé à fistuler et suinter et l’institut Bergonié à Bordeaux qui me connait bien a proposé la totale. Tous pensent que je ne m’en sortirai pas. Donc faire des traitements ignobles pour finir par mourir, je préfère mourir plus vite. Avant d’envisager le suicide, j’ai beaucoup fait de recherches et uniquement parce que je maîtrise parfaitement l’anglais, j’ai pu avoir accès à des informations. Mon oncologue dissident ne m’a pas aidée dans mes recherches, plutôt agacé par le fait que je voulais aller au-delà de ses compétences.
    Donc de fil en aiguille je me suis retrouvée en Allemagne où je suis soignée avec un traitement métabolique et des techniques efficaces et dont les effets secondaires sont pratiquement nuls en comparaison avec ce que vous savez. Depuis le mois de juin, j’ai commencé le régime cétogène, indispensable pour guérir du cancer.
    Quand j’aurai fini le protocole je n’aurai vraiment plus les moyens de me payer un cercueil mais j’espère que je n’en aurai plus besoin.
    Mon message à votre encontre Zorha, est le suivant : le cancer est sournois, nul n’est à l’abri d’un coup de stress, d’un virus… Alors restez vigilante et mettez toutes les chances de votre côté. Je vous félicite pour votre courage et vous souhaite une guérison totale.
    1. Pakize /
      Bonjour Samantha,
      Merci pour votre témoignage. Et toutes mes belles pensées vont vers vous.
      Je suis intéressée par le traitement métabolique que vous suivez en Allemagne, vous voulez bien m’en dire plus s’il vous plaît?
      J’ai eu un cancer du sein en 2014 (chimio+mastectomie+radiothérapie). Malgré 2 hormonothérapies et une annextomie, métastases aux os depuis 11/2015.
      Régime cétogène depuis 06/2016.
      Merci Samantha.
      ps: voici mon adresse email: pakizette@hotmail.com
    2. vaschetto christine /
      Bonjour Samantha
      vous êtes extraordinaire !!!vous parler de mort mais vous avez (selon mon ressenti en lisant votre mot pour zhora)une envie farouche de vivre!! et ça fait que vous êtes bien là contre toute attente !!
      vous avez entendu le témoignage d’Anita Morjani??
      j’ai aussi un cancer du sein , je refuse la chimio, voulez vous avoir la gentillesse de me dire en quoi consiste le traitement métabolique en allemagne ??
      vous enlevez aussi les fruits et les legumes pour le régime cétogène??
      un grand merci pour votre réponse si vous pouvez
      Bien cordialement
      christine Vaschetto ….06 10 42 81 43
  9. Rémi Brissiaud /
    Bonjour,
    Je voudrais simplement témoigner du fait que divers chercheurs partagent la position théorique du Dr Schwartz et font des recommandations thérapeutiques proches (régime cétogène + molécules non toxiques agissant sur le métabolisme du glucose). Certains recommandent de plus une hyperoxygénation (caisson hyperbare), proposition thérapeutique cohérente avec les précédentes.
    Je joins ici un lien vers un article publié en 2015 dans une revue scientifique de bon niveau (Frontiers in Cell and Developmental Biology) dont l’auteur est un chercheur états-unien, Thomas Seyfried.
    http://journal.frontiersin.org/article/10.3389/fcell.2015.00043/full
    Comme il est en anglais, j’en ai traduit ci-dessous la conclusion.
    Rémi Brissiaud
    Conclusion
    En résumé, les informations présentées ici étayent l’idée que le cancer provient de mitochondries endommagées dans le cytoplasme plutôt que d’un génome endommagé dans le noyau. La détérioration génomique dans les cellules tumorales suit, au lieu de précéder, les troubles de la respiration cellulaire. Ce point de vue est également compatible avec les constatations antérieures de Roskelley et al. (1943) , Hu et al. (2012) . On ne sait pas combien de chercheurs dans le domaine du cancer sont conscients de l’origine mitochondriale de la maladie. Dès 1959, Payton Rous avait déclaré que :  » La théorie de la mutation somatique agit comme un tranquillisant sur ​​ceux qui croient en elle  » ( Rous, 1959). La déclaration de Rous était prophétique à la lumière de l’emprise actuelle de la théorie de la mutation somatique dans le monde médical, malgré les incohérences flagrantes de cette théorie. J’attribue la lenteur des progrès dans la « guerre contre le cancer » à l’emprise persistante de la théorie de la mutation somatique et à la non-reconnaissance du dysfonctionnement mitochondrial comme explication alternative crédible de l’origine de la maladie ( Seyfried, 2012a ). Quant aux possibilités thérapeutiques, nous avons récemment décrit comment les mutations somatiques dans les cellules tumorales réduirait leur capacité d’adaptation au stress, ce qui rend ces cellules tumorales vulnérables aux thérapies métaboliques impliquant des médicaments non toxiques et au régime cétogène ( Seyfried et Mukherjee 2005 ; Seyfried et al . 2014 ). Je pense que des progrès réels dans la gestion du cancer et sa prévention émergeront quand les chercheurs dans le domaine du cancer abandonneront la théorie de la mutation somatique et en viendront à reconnaître le rôle des mitochondries dans l’origine, la gestion et la prévention de la maladie.
  10. Ben Slama /
    Bonjour,
    Le Dr Schwartz est tout à fait accessible et consulte même gratuitement dans une clinique parisienne. Vous pouvez le contacter par le biais de l’Association Métabolique du Cancer. Vous accèderez à leur site en tapant simplement le nom de l’association dans Google.
    1. Zohra M. /
      Bonjour Ben Slama,
      Dr Schwartz ne fait plus partie de l’association que vous citez. Un forum a été crée sur ce site où vous pourrez échanger avec les autres malades ou proches de malades.
      Cordialement,
      Zohra
      1. Nathalie /
        Bonjour à tous, chaque cas de cancer étant particulier, il devient évident qu’il faut pouvoir consulter le Dr Schwartz pour obtenir un protocole personnalisé. Est ce qu’il consulte et où ? Merci à vous, Zohra ou l’administrateur du site, de nous répondre.
        Cordialement, Nathalie
  11. lise /
    Bonjour Zohra,
    Entièrement d’accord avec Mme Monleau Monique. Pourquoi ne pas indiquer l’adresse du Docteur Schwartz ou son numéro de téléphone. Je voudrais pouvoir lui parler et personnellement lui préciser les noms des personnes qui ont peut-être et j’espère eu tort de le critiquer. Seul lui pourra y répondre.
  12. Monleau Monique /
    Bonjour Zohra
    Je réitère ma question, comment avez vous rencontré le Dr Schwartz ?
    Est ce réservé a quelques privilégiés ?Vos témoignages redonnent espoir , mais a quoi servent ils si ceux qui vous lisent ne peuvent accéder cette aide ?
    Cordialement
  13. Ben Slama /
    Je partage l’avis de Mme Roussel à propos du témoignage de Lise. Pour qu’une critique soit constructive il convient de l’étayer de témoignages ou d’articles sérieux. Il convient en tout cas de révéler ses sources et ne pas se contenter de dire « j’ai lu des témoignages négatifs donc bof bof! ». Je suis par ailleurs quelque peu étonnée que cette personne ne réagisse pas aux multiples interpellations qu’a suscité son commentaire.
    Qu’on comprenne bien mon attitude: ce n’est pas la critique du traitement du Dr Schwartz qui me fait réagir mais bien l’absence totale d’explications pour justifier une position assez tranchée.
  14. Zohra M. /
    Cher Philippe,

    Si c’est pour une demande en mariage, trop tard, la place est prise !
    Cordialement,
    Zohra

  15. Guérir du Cancer /
    Nous publions tous les témoignages qui nous sont adressés. À ma connaissance nous n’avons rien reçu à propos de votre sœur.
  16. LENZ /
    Bonjour Zohra,
    Je vous donne mon adresse mail, si vous voulez me donner la vôtre afin que nous puissions échanger en privé si vous voulez bien ?
    philippe.lenz@yahoo.fr
    bien cordialement
  17. Ben Slama /
    Bonjour,
    De qui émanent les mauvais commentaires? En fait son raisonnement tient la route scientifiquement parlant et c’est la raison pour laquelle j’ai souhaité avoir l’avis de Mr Adrien Baudoin. J’espère qu’il répondra.
    Ceci étant dit, il convient de savoir qu’une équipe de chercheurs belges ( équipe de l’université catholique de louvain) a démontré tout récemment la cause métabolique dans le cancer et veulent désormais mettre au point un traitement qui bloquerait la consommation des graisses par les cellules cancéreuses. Est-ce que ça ne corrobore pas la thèse du Dr Schwartz?
  18. ROUSSEL Monique /
    Si Madame WENDLING Lise prenait la peine de s’expliquer sur un parcours personnel de face à face avec le cancer et qu’elle puisse affirmer que le traitement du Dr Schwartz est inopérant, voire truffé d’effets secondaires dangereux, on pourrait comprendre sa réflexion. Il est dommage que cette dame ne donne pas ses sources de lecture…. Ce sont toujours les meilleurs et prometteurs dans leurs recherches qui sont attaqués, c’est bien connu et même envoyés en prison pour certains jugés dangereux pour la science, la vraie, business, business, gros sous, pouvoir, jalousie., Il manque juste les herboristes et le tableau du profit est presque complet. Plus qu’attristant… DRAMATIQUE
  19. WENDLING Lise /
    Bonjour Zohra,
    j’ai pourtant lu pas mal de très mauvais commentaires concernant le Docteur Laurent SCHWARTZ donc son traitement Metabloc bof!
    Cordialement,
    lise
    1. Zohra M. /
      Bonjour Lise,
      Vous avez pourtant posté hier une demande urgente afin de joindre Dr Schwartz.Vous êtes donc persuadée du contraire de ce que vous annoncez aujourd’hui.
      Personnellement, je n’ai jamais rencontré de « mauvais commentaires concernant Dr Schwartz ou Métabloc » comme vous l’écrivez.
      Je ne vous en veux pas mais vous conseille néanmoins de soigner vos hallucinations et vos incohérences.
      Cordialement,
      Zohra
  20. Monleau Monique /
    Tous ces témoignages redonnent espoir. J’adhère pleinement a cette nouvelle approche du cancer et a ces nouveaux traitements.
    Mais comment en bénéficier ? Comment rencontrer le docteur Schwartz ? Aidez moi je me sens seule et isolée.
  21. Dupla /
    Lu avec beaucoup d’intérêt le témoignage de Zohra,
    J’attends la sortie du nouveau livre du Dr Schwartz pour ses précisions sur le régime préconisé ,

    Je reviendrai donner mon témoignage lorsque j’aurai avancé sur le chemin de la guérison,

  22. Ben Slama /
    Bonsoir,
    Que pensez-vous justement du traitement métabolique mis en place par le Dr Schwartz pour le traitement du cancer?
    Il est en effet intéressant d’avoir l’avis d’un autre chercheur en la matière.
    Cordialement.
  23. Adrien Beaudoin /
    Je suis un vieux chercheur èa la retraite . Je n,ai jamais quitté le domaine que j’occup i.e. la physiologie , la biochimie , l’ultrastructure et les pathologies de divers systèmes .J’ai eu des succès certains qui ont eu un impact majeur èa travers le monde . J’ai eu des déceptions certaines qui auraient pu avoir un impact . En un mot j’ai voisiné le cancer sous tpoutes ses coutures . Les glioblastomes sont de farouches adversaires. J’ai eudeux face à face avec le cancer et à lire votre texte je perçois que votre ennemi cérébral vous a obligé à évaluer ce qui est vraiment important dans nos vies. Il a aussi fait réaliser la fragilité de nos existences et les vrais perspectives de nos existences . Vous lire a été une belle expérience qui a traversé furtivement le sentier de ma vie .

Laisser un commentaire

: