L’huître, un nouveau modèle pour la recherche contre le cancer


Par Loïc Chauveau le 24.03.2018 à 06h00


Des chercheurs démarrent à Brest une nouvelle campagne de mesures sur l’adaptation des naissains d’huîtres à leur milieu naturel. Des recherches qui pourraient déboucher sur une meilleure compréhension du développement de cellules cancéreuses chez l’homme.

EFFET. L’huître et l’homme, quel point commun ? Une protéine nommée VDAC à l’origine de « l’effet Warburg » (du nom de son découvreur) de prolifération des cellules cancéreuses chez l’homme. Cette relique d’une même origine datant de plusieurs centaines de millions d’années n’obéit pas à des mécanismes similaires chez le mollusque et le mammifère. Alors que l’effet Warburg est irréversible chez l’homme, il semble pouvoir être stoppé ou réactivé chez l’huître en fonction de son environnement très changeant. L’huître ne vit en effet que dans les espaces de balancement des marées, passant son temps alternativement dans l’eau et dans l’air avec toutes les variations thermiques que cela implique.

Des chercheurs de l’Ifremer ont ainsi mesuré pour une seule journée d’avril 2017, des températures passant de 32°C au soleil à marée basse de jour à 13°C à marée haute et 2°C à marée basse de nuit. A chaque fois, il semble que l’effet Warburg s’active et se désactive selon la température, l’huître ne pouvant de toute façon que subir ces différences du fait qu’elle est ectotherme, c’est-à-dire que son organisme ne produit pas de chaleur.

L’homme a une protéine en commun avec l’huître

HERPES. On doit cette découverte publiée en 2014 dans Journal of proteomics à Charlotte Corporeau. Avant de verser dans la biologie marine, cette chercheuse de l’Ifremer a suivi toutes ses études en biologie médicale. «Au début des années 2010, nos équipes ont été mobilisées sur la détermination des causes des mortalités massives d’huîtres subies par les ostréiculteurs, narre Charlotte Corporeau. Nous avons ainsi étudié le rôle majeur de l’herpes virus OsHV-1. En étudiant son mécanisme d’action, nous nous sommes aperçus que le virus détournait à son profit l’effet Warburg ». Sans le passé médical de la chercheuse, ce phénomène serait passé inaperçu. Il intéresse aujourd’hui fortement toute la communauté de la recherche sur le cancer. Pourrait-on un jour utiliser les facultés de la protéine VDAC que l’homme a en commun avec l’huître ? Une perspective suffisamment alléchante pour que la Fondation ARC pour la recherche contre le cancer finance pour 2 ans le projet MOLLUSC coordonné par l’Ifremer avec l’Université Bretagne Occidentale (UBO), le CNRS et l’Inserm.

L’étape suivante a donc lieu ces derniers jours de mars 2018. « Nous avons pour la première fois pu équiper des naissains (jeunes huîtres de 6 mois) d’appareils de mesure de température, poursuit Charlotte Corporeau. Nous allons disposer ces mollusques à différentes hauteurs de l’estran. En haut de l’estran, les animaux seront exposés à l’air 80% du temps de leur vie tandis qu’en bas, d’autres seront presque toujours dans l’eau. Nous pourrons ainsi analyser les réactions de leur organisme ». La dissection du cœur et des branchies, l’analyse du sang devraient ainsi donner tout un éventail des réactions physiologiques des huîtres et de leur activation à volonté de l’effet Warburg.

Enregistrer les battements du cœur de l’huître

CAPTEUR. Cette expérience scientifique met en exergue un petit exploit technique. L’Ifremer a en effet mis au point un capteur de température miniaturisé et autonome adapté à de minuscules naissains. Les chercheurs pourront ainsi corréler la température ressentie par l’huître avec l’activation de son mécanisme anti-warburg. Mais les conditions extrêmes de vie de cet animal incitent à tenter de percer les mystères d’un organisme capable d’encaisser de tels stress thermiques et environnementaux. Des collègues de Charlotte Corporeau essaient ainsi de mettre au point un appareil capable d’enregistrer les battements du cœur de l’huître !

Il reste 6 commentaires Aller aux commentaires

  1. dorioz /
    Merci pour cette info
    quel est la reference de la publication scientifique à la base de cette note?
  2. Bernard ARSAC /
    Suite de mon commentaire du 4 juillet :
    Certes, si plusieurs dizaines d’années d’herpès peuvent augmenter nos risques de maladie d’Alzheimer,
    il n’est pas sûr qu’il soit de même après seulement quelques mois de traitement anticancer au virus herpès génétiquement modifié ?…
    …ou d’usage de cette protéine VDAC ?
  3. ARSAC /
    Certes, si plusieurs dizaines d’années d’herpès peuvent augmenter nos risques de maladie d’Alzheimer,
    il n’est pas sûr qu’il soit de même après seulement quelques mois de traitement anticancer au virus herpès génétiquement modifié ?…
    …ou d’usage de cette protéine VDAC ??
  4. Bernard ARSAC /
    En effet, il y a environ 3 à 5 ans, des résultats encourageants avaient été publiés, à propos du virus HERPÈS comme arme contre le cancer : un virus dérivé de celui de l’herpès simplex (herpès buccal) avait été utilisé en laboratoire, et on envisageait son utilisation à des fins thérapeutiques dans le cadre du traitement de différents cancers (du sein, de la peau, du pancréas. Des résultats très encourageants avaient été obtenus en laboratoire : cellules saines épargnées et multiplication seulement dans les cellules cancéreuses. L’étape suivante, test mené sur des tumeurs humaines greffées à des souris, aurait été tout aussi encourageante…Toutefois, l’absence d’effets secondaires n’avait pas encore été prouvée…

    Or, récemment, une étude confortait le lien entre ALZHEIMER et virus herpès. Et ce n’est pas la première fois qu’on évoquait cette piste virale dans la maladie d’Alzheimer …
    Alors, cancer ou maladie d’Alzheimer ?… ou protéine « VDAC » de l’huitre ??
    Je n’ai probablement pas tout compris… Merci pour vos éclaircissements

    1. schwartz /
      je ne connais pas bien le mécanisme d’action des virus oncolytiques. Le bruit court d’une forme d’efficacité
      je n en sais pas plus

      Laurent

  5. francis voltz /
    ceci aménera certainement la communauté médicale  » dogmatique  » et allergique à ce que décrit LAURENT SCHWARTZ des années a reconsiderer sa position.

    l’enclenchement ou non de l’effet Warburg se produit probablement aussi chez l’homme quand il y a une pratique durable de sport aérobie d’endurance, pratique qui doit etre réguliere pour etre bénéfique.

    d’ou les benefices notamment dans le tt du cancer du sein lorqu’il y a pratique de sport pendant et apres le tt..

Laisser un commentaire

:

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.