Le rôle de la thérapie métabolique dans le traitement du glioblastome multiforme

Partagez Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someone
 
Author information
1 Department of Neurosurgery, University of Pittsburgh Medical Center, Suite 5C, 200 Lothrop St., Pittsburgh, PA, USA.
2 Department of Biology, Boston College, 140 Commonwealth Ave., Chestnut Hill, MA, USA.
 
 
Le Glioblastome multiforme (GBM) est une tumeur maligne agressive du système nerveux central et presque uniformément fatale .

En dépit d’études approfondies et d’essais cliniques au cours des 50 dernières années, très peu de progrès ont été réalisés pour modifier de manière significative son pronostic létal.

La norme actuelle de soins (SOC) comprend la résection chirurgicale maximale, la radiothérapie et la chimiothérapie et le temozolomide (TMZ), y compris l’utilisation sélective des glucocorticoïdes pour le contrôle des symptômes.

Ces mêmes traitements, cependant, ont le potentiel de créer un environnement qui peut réellement faciliter la croissance et la survie des tumeurs.

La recherche portant sur les besoins métaboliques spécifiques des cellules tumorales a conduit à la proposition d’un nouveau traitement métabolique pour différents cancers, y compris les GBM qui peuvent améliorer l’efficacité du SOC.

Le but du traitement du cancer métabolique est de restreindre les cellules GBM du glucose, leur principal substrat énergétique.

En reconnaissant les exigences de production d’énergie sous-jacentes des cellules cancéreuses, le traitement métabolique récemment proposé est utilisé comme complément aux thérapies GBM standard.

Cet aspect traitera du régime cétogène calcique restreint (CR-KD) comme une thérapie métabolique adjuvante potentielle prometteuse pour les patients atteints de GBM.

L’efficacité du CR-KD est basée sur l’effet « Warburg » du métabolisme du cancer et le micro-environnement des tumeurs GBM.

Nous examinerons les rapports de cas récents, les études cliniques, les articles de révision et les recherches sur les modèles animaux en utilisant le CR-KD et expliquer les principes de l’effet Warburg en ce qui concerne le CR-KD et les GBM.

PMID 25949849 [PubMed] PMCID PMC4405891

Il reste 9 commentaires Aller aux commentaires

  1. anne bonnevialle /
    bonjour ,

    merci pour ce forum et tous ces commentaires interessants et reconfor
    tants.
    pourrais je avoir les coordonnees de frederic.

    cordialement
    anne

  2. malypaet /
    Sacré tablette:
    Pour la vitamine E il s’agit de l’épice ROUCOU et nommé ACHIOTE chez les anglais et espagnols.
  3. malypaet /
    Chaque individu est différent, chaque tumeur est donc differente.
    Les tumeurs répondent au principe de Darwin, mais le système immunitaire aussi. Les chimios, quelque part utilisent le fait que les cellules cancéreuses sont avides de nutriments, ce sont des produits toxiques dont il faut trouver le dosage nécessaire et suffisant pour tuer les cellules cancéreuses avec le minimum d’effet nocif pour les cellules saines. Malheureusement il se trouve que notre corps possède certaines cellules plus sensibles que d’autres, à renouvellement rapide aussi, d’où les effets plus ou moins nocifs des chimios selon les traitements et les individus. Quant à la chimio résistance elle vient de cette méthode qui consiste à augmenter la production de radicaux libres dans les cellules cancéreuses pour déclencher leur apopthose.
    Sauf que les tumeurs ne sont pas uniformes et que la chimio va aussi augmenter le nombre de radicaux libres des cellules saines en périphérie. Hors à un certains seuil, ces radicaux libres vont dégrader les oncogenes et provoquer la mutation de la cellule saine en cellule cancéreuse. Un partout.
    Un traitement métabolique, lui, essaye d’agir à l’opposé comme Gandi.
    Vous avez le régime cétogène pour couper l’approvisionnement en glucose, les anti-oxydant pour ramener vers une combustion normale des mitochondries, l’hydroxycitrate pour bloquer une partie des approvisionnements en lipides, mais incomplète.
    Dans cette seconde approche, selon le contexte, soit votre système immunitaire prends suffisamment le dessus et l’emporte, soit des cellules cancéreuses trouve un approvisionnement non bloqué par le traitement métabolique suivit et petit à petit prennent le dessus.
    L’un des lipides non couvert par le Metabloc de SCHWARTZ est le cholestérol. Hors il se trouve qu’il y a deux molécules qui peuvent combler cette faille:
    Une forme rare de la vitamine E, le gamma tocotriénol que l’on trouve dans le coucou en Amérique centrale.
    L’Apigénine que l’on trouve surtout dans le persil (10mg dans une cuillerée à soupe, dose typique anti-cancer).
    Ces deux molécules se trouvent aussi sous forme de complément alimentaire.
    Après il y a le pragmatisme qui essaie de combiner les deux approches, les bombes et le plan Marshal.
    La difficulté est de trouver la méthode de prise de chacun de ces traitements à des moments privilégiés pour chacun (pour que leurs effets ne à s’annulent pas) et a des doses adaptés.
    C’est par exemple la méthode SEF que l’on peut trouver au Canada.
    En fait rien n’est simple car chaque individu ici est un cas particulier et une tumeur n’est qu’une faible partie de l’individu que l’on a trop tendance à oublier quand on focalise sur la tumeur.
    1. Abrial /
      Et bien merci beaucoup pour cette intéressante explication. je vais relire et prendre des notes.
    2. Sidonie /
      C’est par exemple la méthode SEF que l’on peut trouver au Canada.
      Pouvez-vous m’expliquer ce qu’est cette méthode ?
      Merci d’avance
      Sylvette
  4. abrial frederic /
    oui donc il fait comme le temodal (pour 50 % des patients il y a regression, les autres progression) mais sans effets secondaires .. à savoir que si j’ai bien compris les infos que je stocke, la tumeur développe de toute façon une chimio résistance, donc idem, pour un temps …
    D’ailleurs je serais interressé d’avoir un exemple sur la durée d’efficacité du traitement métabolique, vous pouvez peu etre répondre à ma question, des exemples de patient ? combien de temps le traitement fonctionne -t-il ?
    1. luta /
  5. Sahyoun Alain /
    Certes le traitement métabolique bloque ou ralentit la croissance tumorale mais que pour un temps , les tumeurs trouvant ressources ailleurs .
    L’approche métabolique est une nouvelle piste mais ne représente pas en soi une vraie solution.
  6. abrial frederic /
    bonjour
    En tout cas ça donne pas envie d’ajouter la chimio (soc) au traitement méta et au régime cétogène
    Ça peut »améliorer l’efficacité du SOC » traitements eux même considérés comme pouvant « créer un environnement qui peut réellement faciliter la croissance et la survie des tumeurs »
    Je comprend rien. … et ne regrette rien ….

    frederic

Laisser un commentaire

: